• Je suis méthodique dans cette visite du jardin botanique à l'affut de la moindre plante qui aurait survécu à l'hiver. Soudain une plaque attire mon attention près d'une porte discrète qui permettait au PR De Vries d'entrer ici sans passer par l'entrée des visiteurs.

     

    Le Pr habitait Park Lane tout près du jardin.

    Petites lunettes, haut front déplumé, jolie sacoche en cuir dans laquelle son épouse attentionnée Mme De Vries avait glissé un sandwich au hareng.

    Il en était à la fois ému et un peu honteux  craignant que l'odeur du poisson n'amène sur le visage de son assistante cette petite moue écoeurée qui suscitait chez lui des pulsions de violence jusque là enfouies dans ses herbiers. De magnifiques ouvrages dont il était assez fier.

    Enfin seul il sortait sa théière qu'il posait sur son poêle à bois. Le fait de jouir d'une source de chaleur individuelle était un privilège qui provoquait une certaine aigreur dans la communauté scientifique. On chuchotait dans les couloirs que le PR préférait chauffer la nouvelle serre aux palmiers et laisser  de respectables botanistes se congeler. Et puis les incendies. Vous avez pensé aux incendies? Un jour nous y passerons tous et nos recherches avec.

    Autre sujet de discorde cette entrée privée donnant accès au jardin sans avoir à affronter la foule pourtant bien mince des visiteurs. 

    La première plante offerte à son regard: une Gunnera aux larges feuilles luisantes sous la pluie. Le Professeur la saluait tous les matins. Il avait plus de facilité à parler aux plantes qu'à ses congénères, ça venait plus facilement. Il lui chuchotait" Alors ,ma grosse rhubarbe, on se les gèle" Il était resté facétieux.

    Là dans l'intimité de son bureau, je pourrai écrire son cabinet de curiosité, le Pr rêvassait dans cette douce odeur de café. C'est de cette dérive tranquille  des idées qu'il en arriva aux mêmes conclusions que le célèbre Mendel sans en avoir pris connaissance au préalable. Mektoub, le destin!

    Bien sûr tout cela ne s'est certainement pas passé de cette façon,  la respectable Mme De Vries n'aimait peut être pas les harengs et militait pour une stricte orthodoxie végétarienne. On en imagine des histoires, des tas d'histoires.

     "http://www.hebdotop.com/cgi-bin/hebdotop.eur?id=303114"

     


    1 commentaire
  •  

    C'est une extension de la maison et cette transition entre la maison et le jardin, ce bric à broc confortable est propice à la sérénité,aux lectures et aux rires entre amis. M'a fait du bien. Le soir bougies et grosses couvertures, atmosphère très intime.
    Dès a présent ce sera le salon de printemps.


    3 commentaires
  •                                    Aller chercher les étoiles.

                                      Scruter le fond de l'eau

                    Attendre le sommeil sur une feuille de nénuphar


    2 commentaires
  • Une anamorphose est une déformation réversible d'une image à l'aide d'un système optique .

    Il y a des figures de l'étrange qui me fascinent. On rencontre cette déformation de la perspective dans la peinture comme une application des travaux de Piero Della Fransesca sur la perspective.

    En littérature le palindrome( Esope reste ici et se repose) qui se lit dans les deux sens avec les mêmes lettres en est un autre exemple.


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires