• Au sud d'Amsterdam nous traversons l'Amstelpark pour rejoindre le cimetière Zorgvlied.

    Je me répète sans doute mais les cimetières disent quelque chose d'un pays et dans celui ci je retrouve un certain esprit non conformiste et l'imagination des artistes néerlandais.

    Je n'ai pas vu la tombe d' Herman Brood dont j'écoutais la musique quand j'étais plus jeune . J'ai encore un refrain en tête: cocaine champagne poor boy friend.

    C'est une promenade vraiment agréable dans un lieux peu fréquenté.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Voici la salle des archives de la ville située dans la bâtiment De Bazel sur Vijzelstraat. On y présente toutes sortes de documents pour qui maîtrise le néerlandais et des expositions. Nous y avons vu de très vieux films qui permettent de se replonger dans une ville aujourd'hui bien différente. Le système de chauffage qui utilisait l'eau bouillante était très moderne pour l'époque, de belles vieilles machines. Que fait ce diable à poil dans une des salles? Je ne le sais pas.


    votre commentaire
  • Amsterdam 2014: Ah la vache!

     


    votre commentaire
  • Cette alerte est partout visible à Amsterdam en ce moment.

    Une cocaine qui s'avère en fait de l'héroine blanche est vendue dans la rue . Elle est très dangereuse, trois touristes en sont déjà morts. Pour deux euros vous pouvez faire vérifier votre produit, ici on est pragmatique.

    En matière d'usage de drogue les hollandais ont abandonné la politique de répression. Cette approche uniquement répressive a échoué malgré les millions de dollars qui y sont consacrés chaque année. Résultat il y a moins de consommateurs de cannabis en Hollande qu'en France par exemple.

    Le gouvernement hollandais ( de droite) a fait fermer quelques coffe shop frontaliers sous la pression de l' Europe et il était question de faire la même chose dans la capitale en 2015. Je n'y crois guère car cela rapporte énormément d'argent. Le gramme de shit ou d'herbe coûte entre 10 et quinze euros.


    votre commentaire
  • Que leur est-t-il arrivé? Les avez vous rencontrés.


    votre commentaire
  • Amsterdam 2014: A la patinoire

    Amsterdam 2014: A la patinoire

    Amsterdam 2014: A la patinoire

    Amsterdam 2014: A la patinoire

    Ici beaucoup d'équipements sont pensés en direction des enfants. Comment s'initier dès son plus jeune âge au patinage? En s'aidant de quelques accessoires tout devient plus ludique et plus facile.


    votre commentaire
  • Amsterdam 2014: Javaeiland

    Amsterdam 2014: Javaeiland

    Amsterdam 2014: Javaeiland

     

    Amsterdam 2014: Javaeiland

    Amsterdam 2014: Javaeiland

    C'est un quartier au nord est d'Amsterdam ou les touristes ne vont guère. L'île de Java est artificielle et servait à protéger l'Osteljike Handelskade des vagues tout comme l'île voisine la KNSM eiland baptisée du nom de la compagnie maritime qui desservait les Indes néerlandaises. Dans les années cinquante la décolonisation entraina un affaiblissement du commerce avec l'orient. Dans les années 80 des nomades et des artistes s'y installèrent.

    C'est un endroit un peu étrange,sans aucun bruit. La nuit tombe très rapidement vers cinq heure et demi nous offrant ainsi une autre lumière.


    votre commentaire
  •  

    Rebelle, provocante et solidaire avec une attirance vers la liberté........


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Arrivée joyeuse à Amsterdam pour y passer les fêtes de Noël.

    Concert sur la place du palais, des sapins, des maisons décorées de guirlandes. Pour autant la ville est calme, la pluie nous épargne souvent et, c'est une image emblématique de cette ville,celle des pavés qui luisent sous la pluie et les lampadaires qui diffusent une lumière douce. c'est toujours un enchantement de se promener la nuit. Nous sommes le 22 décembre 2014.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • C'est un petit canal.......

     

    C'est un petit canal un peu à l'écart de l'agitation de la ville. Il est assez tôt mais on sent que le soleil n'est pas loin.L'hiver dénude les espaces de chacun de ses habitants et donne à voir de l'intimité  et de leur culture. Ici le cabanon d'un boudhiste un peu bordélique,là un petit temple hindou dédié à Ganesh.A quelques pas un jardinier graffeur imaginatif.

    http://data0.eklablog.com/volodia/mod_article42850687_4f51eda3ed7f0.jpg http://data0.eklablog.com/volodia/mod_article42850687_4f51eda47d20c.jpg


    votre commentaire
  • La chaussure comme une chaise de bureau

    Dans les boutiques.

    Dans les boutiques.

    Dans les boutiques. 

     Au choix: la chaussures aux talons style"chaise de bureau" ou les élégantes bottines assorties à la casquette? Ou encore perchée sur ces petits tabourets dorés.


     

    http://data0.eklablog.com/volodia/mod_article30833778_5.jpg http://data0.eklablog.com/volodia/mod_article30833778_6.jpg


    votre commentaire
  • Ce que j'aime chez les hollandais c'est une certaine passion pour l'architecture. Au hasard des rues vous serez peut être surpris comme moi par le grand nombre de cabinets d'architectes dans cette ville.

    Ce bâtiment juste derrière la gare est audacieux, ni tape à l'oeil ni prétentieux dans sa modernité, En ce qui me concerne, travailler au ras de l'eau m'inspirerait d'avantage que mon fade bureau.

    Je reviens de Rotterdam toujours en pleine construction et si vous vous promenez le soir( en plein hiver la nuit tombe vite) vous remarquerez ce genre de bâtiments  modernes , fonctionnels avec leurs jeux de lumière.

    Les architectes hollandais n'ont pas peur, ils ont un certain goût pour les lignes et ne cherchent pas l'effet è tout prix.


    votre commentaire
  •  

    A l'écart du centre ville, en bordure du Jordan j'aime ces canaux plus familiers, plus intimes, plus fouillis. Canal du Liban, canal des lauriers, canal des brasseurs. La nuit, tôt le matin ils offrent un espace de calme et de rêveries sans fin.

     


    votre commentaire
  • Je suis obstinément attaché à cette ville. Je m'y étais expatrié dans les annèes 70 quand je trouvais la France ennuyeuse et rassie et depuis je ne me lasse pas d'en parcourir les rues et les canaux.

    J'aime à y venir en hiver,souvent juste avant Noël, cette belle lumière  grise ne me gêne pas du tout et il y a moins de touristes. Les villes ou il y a de l'eau ou la mer m'attirent, mes yeux ont besoin de se perdre dans l'eau.

     


    votre commentaire
  • Les canards bien dodus semblent directement issus de cette bourgoisie d'affaire hollandaise: prospérité et confiance en soi.

    Mouettes et cormorans se disputent ces pieux. Les cormorans sont prioritaires car ne secrétant pas de graisse ils doivent absolument faire sécher leurs ailes. Ils foncent sur les mouettes qui s'enfuient en gueulant? Eh oui les mouette ça gueule formidablement!

    Le héron est ici chez lui et se range des voitures comme un bon citoyen.

    La poule d'eau et son masque épuré, animal lounge?


    votre commentaire
  • C'était ma rue. Vous vous en fichez probablement, pas moi. Le quartier est peuplé d'immigrants magrebins et de familles hollandaises modestes.

    La rue débouche sur un grand marché qui a lieu tous les jours. Vous y trouverez des poissons fumés, des crevettes et de petits poissons frits ,des saucisses frites , des légumes sans goût. Cela m'arrangeait bien car je n'avais rien pour cuisiner dans ma chambre. J'y viens à chaque voyage, c'est que j'ai le goût du pélerinage.

    A l'époque j'habitais dans une maison qui a disparu. Le propriétaire, sous ses airs affables était un redoutable homme d'affaires marocain qui exploitait ses compatriotes, dealer et marchand de sommeil quoi.

    Moi je travaillais dans un fast food, la plupart des basses besognes était réservée à un groupe d'égyptiens de la région d'Alexandrie qui avaient fui la misère de leur condition de paysans. Parmi eux il y avait Ali, gros nounours de 130 kgs avec un coeur aussi gros que lui. Dix ans qu'il était là Ali. Il faisait le ménage la nuit et dormait le jour. Son salaire était en grande partie envoyé à sa famille. Il ne parlait pas un mot de hollandais et son anglais était rudimentaire. Quand il se réveillait ses compatriotes venaient prendre le thé avec lui. Il m'aimait bien, tous les samedi soir je volais un poulet au fast food que je cachais dans son vestiaire et qu'il récupérait à la fin de son service ce qui lui permettait un petit souper dominical assez joyeux. Et c'est une histoire triste vous allez voir.

    Il y a deux ans je le croise sur le marché. On se reconnait tout de suite malgré les années passées. Il me demande pourquoi je ne viens plus le voir. Je lui explique que rentré en France depuis des années je suis là aujourd'hui en touriste et là...... j'ai vu dans son regard qu'il ne me croyait pas, qu'il pensait que j'avais déménagé dans la ville et que je l'avais abandonné. Cela m'a fait très mal.


    votre commentaire
  • Pratique! Du sport pour mémé , les chiens le nez au vent.

    Le jardin d'enfants est de sortie. Pas besoin de surveiller ces petites têtes blondes ni de les ennuyer de recommandations sécuritaires.

    Version motorisée.

    Version écolo.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique