• Amsterdam: Rijskmuseum. Nova Zembla

    Il y a quelques jours l'exposition Nova Zembla que j'ai vu en Décembre au Rijskmuseum a fermé ses portes. A l'heure ou il ne reste plus rien ou presque à découvrir sur la planète elle rassemblait ce qui reste de l'expédition de Wilhem Barentsz à la recherche d'un passage nord vers l'extrême orient.

    J'adore les récits d'explorateurs, on commence toujours par voyager en rêve.

    Wilhem barentsz quitte Amsterdam en 1594 avec deux navires. Il atteint la côte de la Nouvelle Zemble, la suit toujours vers le nord mais lorsqu'il est prêt d'atteindre son but il fait demi tour. Il rencontre un ours blanc que l'équipage réussit à capturer pour le ramener en hollande. Mais la bête folle furieuse s'en fichait bien de voir Amsterdam, elle commença par saccager le navire, on du l'abattre. premier meurtre sur la neige.

    C'est souvent le cas dans nombres d'expéditions. Manquer le but, n'avoir plus que l'obssession de repartir. Y retourner et en mourrir.

    Et il fait une deuxième tentative avec cette fois ci sept navires. Il aurait pu trouver le passage mais il est trop tard, la glace empêche toute navigation. L'équipage fait la rencontre du peuple Samis de Laponie.

    Troisième tentative, deux bateaux sous son commandement. La flotte rejoint l'île aux ours le premier juillet 1596. Barentsz veut contourner la Nouvelle Zemble par le nord.  Mais Jan Rijp le commandant de l'autre navire refuse de le suivre. Ils se séparèrent. Imaginez cet instant. A quoi pense -t-on en pareille circonstances?

    Barentsz avec son vaisseau longe la côte nord de cette Nouvelle Zemble. Il est emprisonné par les glaces et l'équipage contraint à l'hibernation. Survivre, survivre, juste survivre. Les seize homme d'équipage vont passer l'hiver sur place.Une partie du bateau est démontée pour se faire un abri, ils piègent des renards artiques pour se nourrir.Au printemps la glace ne fond toujours pas. Les survivants atteints par le scorbut confient leur destin à la mer et s'entassent dans deux chaloupes. Barentsz lui meurt d'épuisement en Juin. L'équipage sera finalement secouru après six semaines d'errance, par un navire de pêche russe.

    Douze hommes parvinrent à Amsterdam.L'un d'entre eux publia un carnet de voyage qui eut grand succès. Voici l'un de ces dessins, le papier est brisé en son milieu car il est resté pres de trois siècle sous la glace.

    Une artiste anglaise Siân Bowen expose parallèlement des collages que lui ont inspiré ces dessins. Elle est une spécialiste de la restauration des dessins anciens fasciné par la marque du temps sur ces objets fragiles.

    Le dessin qui illustre cet article vient lui du journal de Gerrit de Veer.

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :