• Barcelone Façades

    Barcelone Façades


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    La splendeur de la Barcelone gothique se passe de mots. Le tout est de s'y promener tôt le matin pour éviter la foule des touristes.

     


    votre commentaire
  • Depuis janvier 2012 les corridas sont interdites en Catalogne. Ce lieu va devenir.....,  va devenir:

    Un affreux centre commercial de plus!

    Je n'ai assisté qu'à une corrida dans ma vie à Valencia. Il n'y avait pas grand monde, il faisait très chaud et au bord des gradins l'odeur du sang m'a donné envie de vomir.

     


    votre commentaire
  •  



    En redescendant du Parc Güel nous explorons ce quartier de Gràcia. Loin de la foule et des touristes c'est un quartier très paisible. Nous débouchons sur cette grande place bordée de terrasses ombragées sur laquelle se dresse cette colone élégante. Des portes entrouvertes laissent entrevoir des ateliers d'artisans. On fabrique dans celui ci les personnages du carnaval. Celà me rapelle Lisbonne.  


    votre commentaire
  • Barcelone est un espace très investi par les graffeurs de tout poil et leurs productions s'insèrent dans la ville dans une harmonie très intime avec les murs. 

     Les artistes s'ils ne sont pas intégrés dans le système marchand n'ont que peu de visibilité dans l'espace public à l'inverse de la publicité qui elle confisque cet espace au profit d'intêrets privés. Le Street Art se le réapproprie de manière subversive et ludique.Je vous renvoie à mon autre blog: outsideblog.eklablog.com pour les photos.

    Celui qui se contente de signer son nom, comme un chien lève la patte sur un mur et quelquefois dans des endroits magnifiques n'a pas grand chose de commun avec l'art. Il affiche un narcissisme puéril et destructeur de l'environnement. 


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Cette technique de mosaique qui consiste à assembler des morceaux de mosaïques comme dans un collage ou un patchwork se nomme" les trencadis".

    De beaux émaux aussi.

     


    votre commentaire
  •  

     

    C'est un jardin méditérranéen sur une colline au sud de Barcelone. A regarder la végétation cela donne soif! Bien sûr des points de vue sur toute la ville. Gaudi y avait sa maison aujourd'hui un musée. Là encore de nombreux émigrés essaient de vous refourguer de l'eau fraîche ou de la bière.

    Il faut y aller tôt le matin pour éviter les cars de touristes qui rendent la promenade insuportable. Troupeaux menés par des animateurs levant un drapeau aux couleurs des agences de voyage. Bref on aura compris que je déteste cet endroit qui contient malgré tout de jolies choses.


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    L'arrière de la basilique incite aux rêves les plus fous, délire mysticopoétique issu de l'immagination foisonnante de Gaudi. Le regard se perd dans un conte de fée, va se lover au creux de ces niches de pierre qui chacune raconte une histoire dont les symboles me sont inconnus ce qui me permet d'y projeter mes propres visions.


    votre commentaire
  • Sagrada Familia

     

    Un voyage à Barcelone sans une visite à la Sagrada Familia serait bien impoli. Nous nous y rendons en fin d'après midi, elle est sur le point de fermer et peu importe car nous n'avions aucune envie de faire la queue pendant une heure sous un soleil brûlant. De plus la vue qu'on peut avoir du haut de la flèche est loin d'être la plus belle de la ville qui par ailleurs ne manque pas de points de vue en hauteur.

     Ce poème architectural a une histoire passionnante. Il me plait de fantasmer que sa construction ne soit jamais terminée.

    Tout commence en 1881. AU nom de l'association des dévots de Saint Joseph Josep Maria Bocabella achète avec de l'argent provenant uniquement de l'aumône un ilôt de maisons pour y élever cette église à la Sainte Famille. Il veut en faire une réplique du sanctuaire de Lorette et le projet est confié à Fransesc de Paula Villar i Lozano qui lui ne voit pas les choses de la même façon.Les désaccords se multiplient entre Villar Bocabella et un autre architecte Joan Martorell Montells. C'est ce dernier qui introduit Gaudi, son ancien apprenti, dans ce projet qui va susciter enfin l'enthousiasme de son promoteur.

    La Sagrada Familia est un temple expiatoire ce qui signifie que les travaux ne peuvent être financés que grâce à l'aumone. Et générosité insuffisante pour un ouvrage si ambitieux les travaux avancent cahin caha.

    Gaudi mort en 1926 y consacra les quinze dernières années de sa vie, s'arrangeant de façon habile pour qu'on ne puisse pas en modifier la hauteur.

    Aujourd'hui on a compris qu'il était plus rentable de pressurer le touriste que de solliciter le dévot et les travaux sont toujours en cours.  


    votre commentaire
  • La Casa Batllo(il manque un petit accent sur le o, je ne sais pas comment on fait) ou la maison des os ainsi nommée par les barcelonais est une des oeuvres emblématique de Gaudi.  Il s'agit de la  transformation d'un immeuble ancien de 1877 car la mairie en avait refusé la démolition et l'architecte dut présenter un nouveau projet en laissant dans un flou artistique, très flou, très artistique le projet de façade. En dépit de quelques fonctionnaires grincheux le permis fut accordé pour la plus grande satisfaction du propriétaire Josep Batllo un industriel du textile.

     Sur sa façade colorées on trouve une allégorie de St Georges qui règle son compte au dragon. La façade est toute en ondulations d'écailles de céramique.

    Maisons des os car les balcons seraient des morceaux de crânes, avec les orbitres et le nez comme ouverture, et les colonnes du premier étage des os humains......

    Elle est magnifique mais nous la laisserons à la foule de touristes qui circulent à l'intérieur en petits groupes, flot incessant de fourmis qui grouillent dans tous les recoins.

     

     


    votre commentaire
  • C'est la Barcelone que je connais le moins à mon âge je ne vais plus en boite depuis longtemps. J'ai toujours trouvé que les vieux en boite étaient assez pathétiques et je suis persuadé que le ridicule peut vous foudroyer sur place. Mais les jeunes y trouvent sans doute une atmosphère bien plus festive et décontractée que chez nous. L'alcool y coule à flot et elles ferment très tard, au bout de la nuit quoi!

    Barcelone entretient un rapport ludique avec la mode, beaucoup de petits créateurs à l'originalité certaine et quelques grands. Nous sommes en fin de période de soldes et les vitrines d'Adolfo Dominguez nous attirent d'abord par le choix des matières et l'élégance faussement négligée des vêtements. Les tissus donnent envie d'être portés à même la peau. Nous céderons un peu à la tentation. 

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Du musée d'Art Comptemporain je ne vous dirai pas grand chose. Aucune envie de voir un musée,même climatisé,mais  de dériver dans la ville, s'y perdre si possible voilà à quoi j'aspire.

    Le soir cet espace bétonné offre un point de rencontre entre le vieux et le nouveau Raval. Les familles du quartiers laissent jouer les enfants dehors jusque tard dans la nuit, jusqu'à l'arrivée de la fraîcheur. 

    Tous les rollers, skateurs, fous du vélo,de la patinette s'y donnent rendez vous. Figures audacieuses et public garanti. Les immigrés pakistanais passent et repassent inlassablement devant les gens pour proposer des bières et de l'eau fraîche. Ils sont trop nombreux pour espérer faire une bonne recette.

    Transformer un quartier, lui redonner une dignité etc. Il est à noter que ces louables intentions ont la plupart du temps comme conséquence ou comme finalité dissimulées une augmentation significative du prix des loyers qui aboutit à chasser du centre ville ceux pour qui on ......redonnait une dignité à ce quartier.

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Ancien hôpital Sant Creu. 1

     

    Le Raval abrite  l'Antiguo  Hospita de la Sante Creu, un édifice représentatif du gothique civil catalan, dont la construction commença en 1401 sous la direction du maître d'oeuvre Guillem d'Abriell. Il s'agissait de regrouper dans un même espace les six hôpitaux de Barcelone.

    Trois ailes entourent un patio à arcades,un autre fut rajouté au XVI ème siècle. On remarque une petite église à nef unique et deux chapelles annexes. Un jardin ombragé pour s'assoir un moment le matin.

    L'ensemble abrite aujourd'hui différentes institutions culturelles. La maison de convalescence est aujourd'hui le siège de l'institut d'études catalanes. L'académie de médecine, la bibliothèque nationale de Catalogne et deux autres bibliothèques publiques ainsi que l'école Massana se sont installées dans ce très bel ensemble.

    Il y a aussi un théâtre anatomique qui malheureusement n'est ouvert au public que le dimanche pour des visites guidées.

     


    votre commentaire
  • Le Raval

     

    Le Raval

     

     

     

     

     

    L'ancien Barrio Chino, quartier mal famé, lieux de tous les traffics et peu sûr à une certaine époque a été rebaptisé "El Raval". C'est aujourd'hui un quartier populaire peuplé d'immigrés venant des Philipinnes, du Maroc, des pays de l'est et du sous continent indien. De notre côté on le nomme "Little Islamabad".JM se fait couper les cheveux et raser sur fond de clips indiens pour 8 euros. Un jeune premier, plus si jeune et bien enrobé se trémousse de manière comique boudiné dans une combinaison lamé or.Pendant ce temps là je discute avec le patron du boui boui d'en face qui cuit de délicieux empanadas au épinards.C'est un lieu d'habitués du quartier. Il y a une petite bibliothèque dans un coin de la salle. Le patron est jovial ainsi que son second. Ils travaillent toute la journée et servent très tard le soir. Des épiceries regorgent de fruits exotiques. Les rues sont sombres et étroites, il y a encore des immeubles insalubres. La municipalité a entrepris de moderniser le quartier ce que semblent réclamer les habitants dont les banderolles affichent leur désir d'un quartier digne de ce nom.C'est un quartier ou les murs témoignent de la volonté d'un certain nombre d'espagnols de résister au néolibéralisme et de se battre pour tout un tas de libertés politiques.


       

     


    votre commentaire
  • Le Parc de la Ciutadella.

    Le chateau des trois dragons

     

     

    L'entrée de la Bibliothèque du Parlement de Catalogne.

     

     

     

    L'Arc de Triomphe porte principale de l'Exposition Universelle de 1888. 


    Le parc est un lieu de détente et de jeux pour les familles et les jeunes. La grande allée qui mène à l'arc de triomphe permet au skateurs et autres glisseurs à roulettes de s'entraîner. Soudain un rassemblement de cyclistes s'organise pour faire le tour du quartier et bloque le carrefour aux automobilistes qui protestent vigoureusement à grands coups de klaxon. Ces déambulations dans l'espace public se répandent dans différentes villes, manifestation festive et colorée qui m'enchante.La voiture ne srait elle plus le seul moyen de se déplacer?

    Des enfants jouent dans les contre allées. Des femmes indiennes viennent pique niquer. Ambiance très sympathique.

    Le parc abrite le jardin botanique, le zoo, le Parlement de Catalogne et un musée de géologie.Gaudi y dessina la cascade.

    A cet endroit Felipe V, représentant des Bourbons durant la guerre de succession( 1702-1717) détruisit un quartier pour faire bâtir une citadelle destinée à surveiller les habitants pour éviter toute rébellion.

     

     


    votre commentaire
  •  

     Le Mercat Sant Antoni créé en 1882 est le marché le plus populaire de Barcelone. Il est actuellement en réfection. 

     


    votre commentaire
  • Le marché de la Boquerià.

     

     

    Le marché de la Boquerià un peu à l'écart de la Rambla est d'abord un délice pour les yeux. Piments,fruits secs et des jus de fruits frais de toutes sortes absolument délicieux. C'est là que je commence mon petit déjeuner.

    Le marché est ouvert dès huit heures du matin et ne se ferme tout à fait que vers 23 H.

     


    votre commentaire
  •  

    Barcelone vit toute la nuit. Débarassons nous de quelques lieux emblématiques. Les deux fontaines de la Place Catalunya attirent les amateurs d'embrunts, un peu de fraîcheur dans la nuit chaude. A signaler un " Faiseur de bulles". On sent que les enfants fascinés pourraient le suivre comme le joueur de flute de Hamelin. Il s'est bricolé avec deux perches et quelques ficelles un engin qui lache les bulles comme des oiseaux dans le ventFontaines.


     


    votre commentaire
  •  

     

     

    .............. le nom de cet arbre?


    votre commentaire
  • Pour notre dernier jour nous montons à bord du navire école de la marine colombienne l'ARC Gloria ainsi baptisé du nom de la femme d'un général décédé avant son achèvement. C'est un  trois mâts à coque d'acier, la proue  est magnifique représentant la fille du sculpteur.Le navire a été construit en 1967 à Bilbao. Son port d'attache est Cartagène que j'aimerai tant connaître si la Colombie était moins dangereuse. 

    Les colombiens de Barcelone sont venus saluer à bord cet ambassadeur prestigieux de leur pays ce qui donnent lieu à des scènes à la fois cocasses et émouvantes. Toutes les femmes se font photographier avec des officiers, jeunes gens très bronzés en pantalon d'un blanc immaculé et des lunettes noires ce qui leur donne un air d'acteurs de cinéma. Un mari enthousiaste fait poser sa femme enceinte dans les bras d'un jeune officier qui en est un peu gêné comme s'il avait la vision anticipée de ce que serait sa propre vie dans quelques années.

    La Cumbia cette musique si propice à se déhancher résonne et un peu plus tard, le son à fond, un marin fait le DJ, Dancefloor improvisé très réjouissant.


    votre commentaire
  • Sur le port

     

    Sur le port

     

     

    Sur le port

    Arrivés en fin d'après midi une promenade sur les quais du port Vell permet de prendre contact tranquilement avec la ville. La chaleur est intense et nous sommes un peu abrutis mais ravis et nous restons un long moment assis au bord de l'eau à regarder le défilé incessant des promeneurs de toutes nationalités. Les français sont en nombre.

    Le port Vell accueille les paquebots de croisière, ces H.L.M flottants, grands magasins de la mer qui font une brève escale. Ausssi les Ferrys pour les Baléares. Ces très gros navires maneuvrent avec précision dans un bassin étroit pour se ranger le long du quais. Au loin des cargos se dirigent vers la pleine mer. Tout cela nourrit une rêverie un peu mollassone et peu à peu la lumière décline. Nous admirons les méduses . D'une transparence laiteuse avec juste un liseré violet elle dérivent avec la légèreté, ce sont les danseuses de la mer. Nous nous demandons si les créateurs de ces  lampes en pâte de verre se sont inspiré de leurs formes tant la proximitè est flagrante.

    Nous sommes comme des chats, nous attendons la nuit pour disparaître, silhouettes anonymes prêtes à être absorbées par la ville,à faire corps avec elle.

     


    votre commentaire
  • Espagne: quelques images de la crise.

     

    Espagne: quelques images de la crise.

     

     

     

    De la crise économique, Barcelone comme les autres villes,  porte le fardeau.

    Plus de personnes vivant dans la rue, retraités notamment qui mettent tout ce qu'ils possèdent dans le cady qui auparavant leur servaient à faire le marché.

    Un jeune père de famille encore très correctement vêtu fait la manche sur les Champs Elysés barcelonais.Les plus fragiles sombrent dans l'alcool. En allant à l'aéroport, sur la Rambla un vieil homme est assis hébété avec pour seul vêtement un sac poubelle. Une universitaire propose sa candidature pour promener des chiens.

    Beaucoup d'immigrés pakistanais qui s'acharnent à vendre des gadgets idiots. L'un d'entre eux est particulièrement irritant, un sifflet censé imiter le chant des oiseaux. L'autre consiste en un petit volant lumineux qui s'envole avec un élastique. Tous les enfants en veulent mais n'arrivent pas à l'utiliser et sont déçus. De temps en temps et sans descendre de voiture les flics leur font signe et confisquent leur matériel.Ils arpentent les trottoirs à longueur de journées et de nuits, proposant de la bière et de l'eau fraîche.

    Les africains vendent des sacs, des bijoux de pacotille, des lunettes de contrefaçon. Ils ne quittent le métro qu'à la fermeture et remontent leurs ballots de sous terre.Ceux que j'ai photographiés s'étaient trompé de sortie, la photo est floue mais je l'aime bien.

    C'est l'ère des saltimbanques pour tirer de l'argent des touristes. De jeunes magrebins font des démonstrations éblouissantes de leur souplesse dans des exercices périlleux.

    D'autres se lancent dans un hip-hop tonique et généreux. Toute une économie de survie, inventive mais épuisante témoigne de la résistance de la population, de son épuisement et de son instinct de survie.

    Les plus pauvres de tous n'ont rien à vendre et surtout pas le peu de forces qui leur reste.

    Bien sur c'est un regard sur les exclus de la société espagnole en crise mais ces exclus sont de moins en moins des marginaux. Le gouvernement espagnol prévoit d'économiser 102 milliards! Les mineurs, retranchés au fond de leurs puits viennent de lever leur grève pour envisager d'autres formes de lutte. Une banque regroupant les crédits pourris va être créée.

     

     

     

    http://data0.eklablog.com/volodia/mod_article48407324_501e85480f0eb.jpg http://data0.eklablog.com/volodia/mod_article48407324_501e85487de8b.jpg


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique