•  

    Encore étourdi de ces longues heures d'avion je débarque en pleine nouba. On célèbre la fête de l'indépendance et le festival de l'eau. Des milliers de personnes venues de différentes parties du Cambodge et quatre jours fériés. Les khmers bénéficient cette année de vingt et un jours fériés, ça c'est du social. Les expatriés toujours langues de putes disent que les cambodgiens sont les corses de l'Asie du sud est.

    Ce qui me frappe c'est d'abord le niveau sonore: il s'agit de hurler dans toutes les sonos. Entre la musique, les marchands de rue qui répètent leurs pubs en continu c'est un joyeux bordel.

    Beaucoup de campagnards venus des villages. Le chic c'est de se faire prendre en photos avec des étrangers. C.. et moi nous figurerons dans des albums de famille du bout du monde. On nous montre les images et je suis comme les enfants très sérieux et un peu perdu sur les photos.

    Les pompiers assurent une soirée mousse. L'atmosphère est très bon enfant, sur de la techno survoltée les khmers font ... la chenille.

    Aussi les courses de pirogues. Les gagnants comme les perdants sont acclamés. Des équipages de toutes sortes qui remontent la rivière. Quatre jours de folie!

    Nous achetons de très élégantes couronnes de fleurs sur des feuilles de lotus ornées de bougies et d'encens qui vont être mises a l'eau . On fait un voeux et des enfants plongent dans cette eau boueuse pour mettre notre corbeille au milieu du courant. La nuit c'est magique toutes ces couronnes qui dérivent au milieu de la rivière.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique