• Chroniques de l'ordinaire: La sortie des mamies

    Chroniques de l'ordinaire: La sortie des mamies

     

    Aujourd'hui pour des raisons professionnelles je déjeune dans ce bourg que je ne connais pas. Ce n'est pas que j'ai vraiment faim mais j'ai deux heures à tuer avant de retourner à mon travail.

    Je choisis un petit restaurant sans prétention mais semble t il susceptible d'accueillir un voyageur anonyme qui mange seul sans être l'objet d'une attention particulière. Il est situé sur un rond point.

    Un minibus bloque la circulation et les automobilistes s'impatientent. Des personnes âgées s'extraient péniblement du véhicule, le chauffeur est un jeune homme qui est un peu inquiet d'avoir à affronter l'agressivité des autres automobilistes.

    C'est une sortie de maison de retraite, je compte huit femmes pour un seul homme.Les hommes ne tiennent pas le coup , ils meurent bien avant les femmes. On remarque surtout les mamies en goguette quoi. Geneviève a oublié son foulard. On le retrouve et Geneviève est soulagée.

    Elles se massent devant l'entrée du restaurant pour discuter de la carte bouchant l'entrée comme si elles étaient seules au monde.Je patiente. On leur trouve une table et elles commandent un appéritif tout en discutant longuement du menu.

    Elles se dirigent ensuite vers le buffet. Elles sont toutes endimanchées. Deux d'entre elles portent des chaussures à talons ce qui n'est visiblement pas dans leurs habitudes et leur donne une curieuse démarche d'échassiers.

    On ne les sent pas très à l'aise devant le buffet, elles tournent dans un sens puis dans l'autre. L'appéritif a fait son effet et l'une d'entre elle demande si "il faut prendre de tout". Cela ne les empêche pas de commander une bouteille de rosé parce que le rosé "ça fait moins mal"( que le Whisky , l'alcool à brûler?).

    Avec le seul homme à leur table elle sont d'une grande tendresse. Pour un peu elles se dévoueraient pour lui couper sa viande. Son image virile en prend un coup et il se hasarde à quelques blagues un peu gaillardes afin de rétablir la différence des sexes fondement naturel de toute bonne société pour les gens de cette génération. Les mamies sont bon public et ponctuent son histoires de commentaires laconiques " avec lui on ne risque pas de s'ennuyer".

    Elles retournent au buffet pour choisir un dessert, re-encombrement devant l'abondance des propositions.

    La serveuse propose un café c'est comme si elle avait dit un gros mot. C'est fragile les mamies et c'est bien connu le café est bien plus dangereux que le rosé pour leur petit coeur qui bat tout doucement.

    Elles ont tout aimé et félicitent la serveuse pour le poulet (un peu gras)et les frites(trop sèches).

    Les voilà sur le parking et le minibus n'est pas là. On s'agite, on s'inquiète. Enfin le jeune homme arrive il réglait l'addition. On va pouvoir repartir.  Quelle délicieuse journée.

    Je les regarde s'éloigner , elles m'ont diverties et rendu mon repas de "commis voyageur" bien agréable!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :