• David Alexander Colville

     

    Les images silencieuses de Colville sont statiques. Pourtant, pratiquement toutes racontent une histoire, dans un scénario court et concis qui n’a pas toujours de résolution. Les situations humaines fondamentales sont leurs thèmes à la fois simples et complexes: solitude, isolement, séparation, travail, loisirs, éloignement, amour. Le seul laconisme de contenu subliminalement dramatique, souvent mélancolique, correspond à la précision absolue de la forme par laquelle il est transmis. Comme à peine un autre artiste, Colville maintient le difficile équilibre entre imagination et calcul sobre, intérêt formel et engagement social. Derrière la surface réaliste de ses images se cache le surréel - mais un surréel qui manque de toute trace de mise en scène théâtrale ou empruntant à la psychanalyse, dont Colville se méfie profondément des nouveaux mythes.

    - De l' art du XXe siècle, éd. Lingot. Walther. Vol. I Taschen, Cologne, 1998

    C'est un peintre qui me fait une forte impression et ce petit texte décrit parfaitement ce que je ressens.


  • Commentaires

    2
    Dimanche 24 Mars à 08:54

    Je découvre Un peu de Hopper et un peu de Balthus

    1
    Mardi 19 Mars à 16:31

    J'ai entendu parler de Colleville dernièrement. Je ne connaissais pas ses toiles. Grâce à toi, je peux découvrir. Ca me plait bien.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :