•  

    Image insupportable aujourd'hui d'Arte reportage de ce gamin de 14 ans qui n'est pas mort dans le bombardement qui a détruit toute sa famille. Il est brûlé sur tout le corps par une substance que les médecins n'arrivent pas à identifier et qui continue de le faire souffrir.

    Pendant ce temps là la communauté internationale s'interroge sur la présence d'armes chimiques en Syrie. De qui se moque-t-on? Bachar El Assad Criminel de guerre, les russes et les chinois complices et tous les autres impuissants.On dit aussi que la rebellion utiliserait également des armes chimiques. Je n'en sais rien mais cette rebellion est infiltrée par des islamistes radicaux qui ne sont pas des enfants de choeur. La tactique de ces mouvements est toujours la même: ils sont attentifs au problème sociaux qu'ils prennent en charge à la place des gouvernements et ce sont des combatants aguerris. Ensuite les peuples se réveillent avec la gueule de bois. Le printemps arabe consisterait il à échanger une dictature contre une autre?

     


    votre commentaire
  • Nous nous sommes levés de bon matin. Je prends le café et on ouvre la fenêtre pour que le chien prenne le frais en attendant sa promenade matinale.

    Promenade sur les bords de Loire. Trentemoult, flânerie dans l'entrelas des petites ruelles désertes à cette heure.

    Le printemps est là. Les fleurs des petits murets des bord du fleuve n'ont besoin qu'un peu de sable et de lumière.

    Ce chien est très doux, il n'a qu'un défaut mais comme c'est génétique on lui pardonne: il cavale après les chats!

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    She said, "Baby, what's your name?

    Are you new in this town?

    Since you walked in, things don't look the same

    How about sticking around"

     

    The place was dark and the band play loud

    His voice sounded kind of dry

    He said" who's that guy with the funny smile?"

    She said, " He's just a friend of mine"

     

    Just a friend of mine

    Just a friend of mine

     

    They talked a little, drank a lot

    As the evening went by

    The place got crowded and the air too hot

    He said" Let's go out for a while"

     

    The night was clear and the wind was soft

    As they walked side by side

    He said, "Who's that guy following us about?"

    She said, "He's just a friend of mine"

     

    Just a friend of mine

    Just a friend of mine

     

    He was nice and gentle, still rough enough

    To keep her satisfied

    She said, " Hold it baby, it gets too much

    I feel like i'am gonna die"

     

    He took her home in the early mornin'

    She said, " Please do come inside

    He said " Who's that guy in the dressing gown?"

    She said, " He's just a friend of mine"

     

    Just a friend of mine

    Just a friend of mine

     

    He said," whos's that guy in the dressing gown?

    She said, Baby don't you mind

    He's just a friend, he's just a friend

     

    Le propre d'une chanson c'est de raconter une histoire en quelques minutes et il faut du talent pour faire ça. Celle ci propose une fin ouverte.

    Dans ce bar il drague une fille. Est elle en manque d'homme, fille à la dérive, professionnelle? Et qui est donc ce type qui les suit partout? Un mac, un voyeur , un fantôme? Chacun peut projeter ses propres fantasmes. La voix est envoutante, sensuelle.

     


    votre commentaire
  •  

    Printemps tardif! Les jardins commencent à s'éveiller, le lilas pointe à peine, les pivoines ont l'air bien décidées.

    Un bouquet de tulipes sur l'étagère de la bibliothèque, généreuses, offertes.


    votre commentaire
  • Hariprasad Chaurassia a enregistré ces deux improvisations sur le raga Malkauns qui est un raga de la fin de la matinée ou de la fin de la nuit. Pour moi  c'est au coeur de la nuit que cette méditation me touche le plus dans ses volutes infinies.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Cette nuit... 

    St François d' Assise.

    Cette nuit j'ai rêvé du nouveau Pape François.

    Un chef d'état étranger lui avait offert un chameau, une bête extremmement bien éduquée, douce et prévenante à son égard.

    C'est un samedi matin et, déjouant les cerbères du Vatican, il décide d'utiliser cette monture exotique pour aller faire les boutiques de lingerie. Il est encore tôt, les boutiques ne sont pas ouvertes, la foule silencieuse déambule dans les rues commerçantes et ne lui prête aucune attention.

    Le Pape avance lentement. Il se tient bien droit, un peu raide ce qui contraste avec la démarche chaloupée de l'animal.

    Le Pape porte des lunettes noires.


    votre commentaire
  •  

     

     

    Cette affiche déchirée sur un vieux compteur dans une rue de Dinan , donne à voir une composition très maîtrisée, fruit du hasard de la rencontre d'un objet et de l'oeil du photographe qui en révèle le sens ou la beauté grafik....


    votre commentaire
  • L'aéroport.

     

     

     

    La manifestation pour redire que ce projet nous parait aussi stupide que dispendieux. La manifestation passe aussi par les rues commercantes, exellent repèrage pour les achats de Noël. Un grand type avinè surgit en criant " Ecolos bobos, des emplois pour l'industrie"ce qui fait beaucoup rire les gens qui attribuent cette vigoureuse profession de foi au Muscadet.

    Quelques slogans" Ayrault pourri, t'es payé par Vinci", " La terre pour manger, pas pour spéculer". 

    Nous montons au nid d'ou nous voyons la manif s'écouler lentement. Nous attendons que la nuit tombe pour voir la ville de nuit. 


    votre commentaire
  • En temps de crise.......

     


    votre commentaire
  • Je l'entendais miauler depuis un moment, appeler sa mère cette tête folle qui l'avait abandonné. Il s'était glissé à travers une minuscule fente de la pallissade et s'y glissait de nouveau dès qu'on tentait de l'approcher, bien à l'abri dans le jardin voisin.

    C'est un tout jeunot, il s'effraie d'un rien mais a besoin de compagnie. Il est distrait de sa détresse par le moindre papillon. Il vient se frotter au bout de mes doigts et file se cacher aussitôt pour se remettre de cette perçée audacieuse. Noir avec les yeux verts.



    votre commentaire
  • D'un côté, la maison donne sur la rue. La façade, d'un gris décourageant, n'attire pas l'attention. C'est un ancien salon de coiffure dans un bourg assez morne. Le maire, un ancien notaire gérait la commune comme il gérait son étude. Bref ça sentait la poussière.

    La coiffeuse pouvait frisotter la mémère tout en surveillant son ragoût qui mijotait dans une petite cuisine que le puit de lumière ne suffisait pas à rendre attrayante.

    Nous avons cassé ces minuscules pièces pour se donner de l'espace et de la lumière. Nous avons arraché le papier peint qui nous ramenait tout droit vers les années cinquante.Soudain, de ce déchiquetage un peu obssessionnel surgit une forme. Bien souvent vous êtes le seul à la percevoir: image ou hallucination? Quelques traits de crayon vont  rendre perceptible à d'autres cet animal hybride entre le petit cheval avec un zest de chat.

    La maison s'est transformée et puis les travaux se sont définitivement interrompus comme dans une usine dont les patrons,canailles réfugiées dans des pays voisins plus indulgents, plus fiscalement compréhensifs, se seraient tirés avec la caisse et les machines.

    Cette petite figure est restée en l'état et sera la marque emblématique,de cette maison dans nos souvenirs.


    votre commentaire
  • Douze millions d'euros de budget et la montagne accouche d'une souris: le tribunal de Belfort condamne un type qui n'est même pas coupable, d'avoir téléchargé deux chansons de Rihana. N'avait pas sécurisé l'accès de son ordinateur! 150 euros d'amende.

    Je ne télécharge plus depuis quelques années, je cherchais des films rares de pays lointains et je ne sais ou aller maintenant mais j'ai récolté quelques merveilles qu'on ne voit jamais dans aucune salle de cinéma.

     Je n'achète jamais de cd, la musique circule librement de clés U.S.B en clés U.S.B. Il me semble que la licence globale permettrait de rénumérer les artistes certes en écornant le budget de ces multinationales qui nous volent depuis tant d'années. Et alors? Débarassez nous de cette instance de flicage aussi coûteuse qu'inutile et trouvez donc une solution réaliste et adaptée a cette mondialisation que tous les gouvernements ont largement contribué à organiser.

     


    votre commentaire
  • Ce n'est pas le dernier jour de l'été mais celui de mes vacances


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • L'économiste Bernard Maris pointe les responsabilités des gouvernements grec et espagnol dans la crise qui les frappe au moment ou se pose la question d'une aide massive pour éviter que la zone euro ne s'efffondre. Il a une formule bien de chez nous: "On veut bien être cocu mais on ne veut pas  (en plus) payer la chambre.


    votre commentaire
  •  

    Le jardin délaissé de cette maison que nous allons bientôt quitter se fond peu à peu dans la nature, par essence indisciplinée . De nos efforts passés , les fleurs nous ont tellement récompensé. Les roses sont magnifiques cette année.

     


    votre commentaire
  • Mes amis sont parti et me voilà seul dans cette grande maison pour une semaine. J'aime être dans les maisons des autres.......Je suis enfin déconnecté de toute obligation sociale. Je me lève tôt pour faire le jardin, je me couche tard  pour profiter du silence de la nuit et je dors l'après midi.

     

     


    votre commentaire
  • Je me suis souvent senti mal à l'aise dans les zoos, à la fois fasciné par les animaux et culpabilisé de ce qu'on leur faisait subir.

    Celui ci baptisé Bioparc est implanté dans un site troglodytique composé d'anciennes sablières, fours à chaux, caves et grottes en cathédrale. Quatorze hectares , les animaux disposent d'espace, ils se reproduisent ce qui est un signe de bonne santé.

    Paloma, panthère âgée de quinze ans (sa robe est toute décolorée) est sans doute fatiguée des regards des visiteurs et laisse juste passer un bout de sa queue d'un massif de fougère. Les animaux peuvent s'abriter des regards ce qui me parait un droit fondamental de toute espèce. Que diriez vous si des tigres biens dressés, gentlemen en quelque sorte prenaient le métro pour observer en permanence les voyageurs à propos desquels ils feraient des commentaires sur leurs blogs?

     Le lynx d'Europe arpente le long de son enclos dans une dérive psychotique qui donne tout de suite envie de le rendre à la vie sauvage.

    D'autres animaux semblent tout à fait à leur aise. Les Gibbons, un rien cabotins font d'éblouissantes démonstrations de gymnastique aérienne.

     Les ours noirs à collier font la manche et se gavent de pop corn.

     

    Panda roux, l'art de la décontraction.

     

    Les tortues de Scheychelles. Je leur trouve un chic très british.

     


     

     

     

     

     

    Ah! les bains de boue, sommeiller dans sa bauge.

     

    Le léopard des neiges vient d'avoir trois petits. Est ce le père ou la mère? Félicitations et repos bien mérité.

     

    Quelle élégance ce dégradé de couleurs!

     


    votre commentaire
  • Pour sarane

    Fiancées lointaines

    Funambules aux sables brûlants

    Jamais ne regagneront les plaines

    Le temps s'essoufle brutalement.

    Mais les trains ne meurent pas en gare

    Les ponts traversent les fleuves

    Et toi tu danses sur ce ruban.

     


    votre commentaire

  • 1 commentaire
  • Soudain le ciel devient de plus en plus noir et accentue le vert des prairies en fleur. C'est une vue que j'aime bien lorsque je sors de la maison.

    Cette maison a maintenant un toit avec un chien assis qui offre une vue sur un arbre de la ferme du bas. Un arbre sous lequel le cheval vient chercher de l'ombre. Enfin ça c'était l'été dernier! 


    votre commentaire
  • Ne travaillez pas le samedi..........

    Travailler le samedi n'est pas ce que je préfère. J'ai un rendez vous et lorsque je pénètre dans le hall désert .......... j'assiste à une sale affaire, un meutre en direct dont je vous épargnerai le moment le plus cruel ainsi que l'identité du coupable.


    votre commentaire
  • HI...... HI...........Enfin il est parti!!!!!!!                                              

    6 Mai 2012.

     


    votre commentaire
  • Le premier "Café à chats" vient de s'ouvrir dans le centre de Vienne. Vous pouvez caresser les chats tout enn sirotant un de ces chocolats chaud qui ont fait la réputation des pâtisseries viennoise.  On nous rassure si le chat n'a pas envie de se faire peloter par le premier quidam venu il peut se réfugier sur des perchoirs situés hors d'atteinte de la gent humaine. Donc on a sorti cinq matous abandonnés d'un refuge de Vienne pour les amener dans ce café du centre ville. Vont ils se conduire en stars paresseuses vautrées pour le reste de leur existence sur des coussins moelleux? Vont ils se révolter et refuser d'être des objets transitionnels à l'usage des névrosés autrichiens? Ont ils le droit de se faire quelques week ends genre "Safari Souris"?De toute façon c'est toujours le chat qui commande.

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Il pleut sans arrêt.Retour de Suisse en catastrophe, moral en baisse. J'ai découvert le scanner de mon imprimante et je numérise de vieilles photos. Cela m'occupe...un peu car je m'en veux de ne même pas profiter de ces vacances. Mais je tourne en rond et je dors l'après midi.

    Voilà ce village ou je suis resté un an. Je ne travaillais pas.J'allais toucher mon chomage à la poste (huit kilomètres à pied). La postière était une vieille garce anthipathique au possible et quand elle me donnait mon chèque je lui disais"Eh bien on va aller se promener puisqu'on est payé pour ça" rien que pour le plaisir de la voir pâlir de rage. Je vivais surtout de mon jardin et d'échanges avec les habitants du village. Les flics nous harcelaient de temps en temps depuis que D. était incarcéré mais nous les voyions arriver du bas de la vallée. Contrôles d'identité vraiment ridicules, juste pour maintenir la pression.Tout celà se passait dans les années 80, avant que je reprenne des études, je ne pensais pas à la suite .Je connaissait la forêt par coeur, l'été j'allais dormir dans des maisons en ruine au milieu des châtaigniers.

     


    votre commentaire
  •  

    Souvent je suis monté en haut du clocher d'ou on a vue sur toute la vallée.Cette église date du XI ème siècle. L'intérieur est dépouillé, il n'y a plus de curé depuis bien longtemps et les habitants s'en fichent. A part une bigote de service les autres sont athés et votent socialiste.


    votre commentaire
  •  

    Journée bien grise en effet..... Hier soir mes hôtes m'ont emmené dîner au Café des voyageurs un restaurant bien connu des genevois. Cuisine bourgoise comme disent les chroniqueurs gastronomiques et ambiance chaude et sympathique.

    J'ai dormi dans la chambre d'un adolescent passionné de hockey sur glace, toutes ses idoles sont là, il doit aussi aimer le reggae. Au milieu de la nuit je me réveille et me glisse sur le balcon pour fumer une cigarette.

     Je sors tôt le matin et me laisse descendre jusqu'au lac à travers le Parc de la Grange. C'est un grand domaine au milieu duquel trône une énorme maison de maître à la française. Ce sont les fils du banquier Marc Lullin qui l'ont fait construire.

    Mais la révolution ruina ce banquier et le domaine changea de mains. Il fut racheté par François Favre un armateur genevois  enrichi à Marseille dans le négoce avec l'Orient. Propriété privée jusqu'en 1918 il a été légué par son fils William à la ville de Genève,et déclaré propriété inaliénable des gens de Genève.

    Le lac est une vaste étendue grise qui finit par se confondre avec le ciel. Seuls les bateaux jaunes apportent une note de couleur sur cette étendue uniforme.


     


    votre commentaire

  • Au matin je me glisse dehors, j'ai quelques heures devant moi et je ne veux pas obliger mes hôtes à me faire la conversation jusqu'au départ de l'avion.

    Il commence à pleuvoir salement. Je m'engouffre dans le musée d'Art et d'Histoire.L'entrée en est gratuite. C'est un grand bâtiment un peu triste, l'ensemble des oeuvres est franchement inégal. Quelques petits Corot, un paysage avec scène de chasse de l'entourage de mon cher Patinir et de multiples variations autour du Lac Léman de Holder, peintre suisse s'il en est. Et aussi quelques objets magnifiques. Et je redescend à travers de petits passages vers le lac, retraverse le parc en mangeant du chocolat.

    Je me perds un peu et photographie des tags dans un terrain vague. C'est triste Genève sous la pluie.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique