•  

    C'est une extension de la maison et cette transition entre la maison et le jardin, ce bric à broc confortable est propice à la sérénité,aux lectures et aux rires entre amis. M'a fait du bien. Le soir bougies et grosses couvertures, atmosphère très intime.
    Dès a présent ce sera le salon de printemps.


    3 commentaires
  • C'est un bon compagnon de voyage Philippe Djan. Son écriture est simple,bien rythmée,son langage est compréhensible par tout le monde. Je commence ce roman dans l'avion. Au dessus des nuages, du soleil vous porte à l'optimisme. Je suis un lecteur égoïste et je me fiche un peu des malheurs du personnage principal, un écrivain qui n'en finit pas de toucher le fond. Mais sa façon de raconter une histoire sans jamais s'appesantir me convient . C'est une écriture au présent, il n'aime pas les transitions, on passe d'un personnage à l'autre et il a l'art de ramasser en quelques mots le tragique d'une situation: "la morphine aide beaucoup" déclarait -t-elle volontiers sans que je parvinsse à savoir si elle parlait de ses douleurs ou de la peine que son fils lui infligeait.

    J'ai continué ma lecture au bord de l'eau. Grands espaces vides ouverts sur la mer et au premier plan le défilé silencieux des péniches qui se dirigent vers le Rhin. Juste le clapotis de l'eau.......

     

     


    votre commentaire
  •  

    Voilà l'hiver s'est pointé brutal et le monde n'allait pas bien. On nous a trumpé, poutiné jusqu'à l'os. Moi non plus je n'allais pas très bien et le médecin m'a proposé un anti dépresseur , je n'ai pas dit non. Alors je dors comme ça ne m'était pas arrivé depuis si longtemps et je me lève sans la boule au ventre. Il y a de grandes journées de lumière, l'est bien jolie la pollution qui nous tue!

    Je ne suis pas allé voter ni d'un côté ni de l'autre , le monde se disloque , les politiciens nous renvoient une image de clowns pathétiques gesticulant dans le vide tandis que les hommes meurent un peu partout dans des guerres imbéciles.

    On verra, on verra, on continue notre métier de vivre.

    La mondialisation c'est aussi ce groupe islandais qui sonne deep south , chanson mélancolique sur un iceberg. Très beau.

     Ces orchidées naines ont refleuries dans le salon, petites taches de couleur ! N'y aurait il pas un printemps après tout ça?


    5 commentaires

  • votre commentaire

  • 1 commentaire
  •  


    votre commentaire
  • Les douanes de Bayonne ont effectué une saisie importante de cocaïne. Sur tous les paquets figuraient ce dessin qui m'a intrigué. Il ressemble aux dessins trouvés dans les grottes préhistoriques. J'avais déjà remarqué au Pakistan la beauté de certains sceaux sur des plaquettes d'opium(il y a une quarantaine d'années, vaut mieux préciser par les temps qui courent). Je ferai bien une collection de ces différentes marques et j'ouvrirai un musée " Art et trafic"


    2 commentaires
  • https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-samedi-noir/jexiste-je-me-suis-rencontre 

      Le risque quand on vieillit c'est qu'il faudrait ajouter à son blog une rubrique nécrologique perspective peu réjouissante vous en conviendrez.

    Mais c'est un fait on voit se barrer peu à peu les gens qu'on a aimé. Gotlib m'a fait rire et particulièrement ce Gai Luron cabot toujours flegmatique voire moitié endormi dont les réflexions me réjouissaient . Il avait écrit un livre " J'existe, je me suis rencontré" que je vous conseille. Le lien vous conduira à une lecture que j'ai trouvé sur France Culture.


    2 commentaires
  • L’exposition fait pénétrer le visiteur au centre d’une architecture éphémère, où il est invité à s’interroger sur la nature de la perception elle-même, comme un tout cohérent et indivisible, résultant en enchevêtrements et non-localités.
    Parmi les œuvres Photonic Wind (vent photonique) et Force Field (champ de force) qui explorent la dimensionnalité du vide. Au-delà de l’atmosphère densément moléculaire de la Terre, la lumière des étoiles rencontre peu de résistance quand elle fait tourbillonner la poussière cosmique pour en faire émerger des graines de planètes. Des conditions similaires sont créées dans Photonic Wind : de la poussière de diamant y est propulsée par un rayon laser dirigé dans une chambre à vide. Dans Force Field, des ondes acoustiques divisent l’air en alternant régions de haute pression et de vide, absorbant des gouttes d’eau. Évoquant un système solaire miniature, les gouttelettes en suspension tournent et influencent le moindre mouvement de leurs semblables à mesure qu’elles modulent le champ acoustique qui les fait léviter. Chaque élément est un reflet coémergent du tout.
    À la fois savante, et formellement intrigante, Le vide et la lumière promet une expérience rare.

    _Dmitry Gelfand et Evelina Domnitch.

    Une exposition très minimaliste........


    1 commentaire
  • Dimanche matin

    Mon chêne

    Le soleil? non la lune

    En cours

    Pour se délier les doigts et apprivoiser les couleurs

                                                      Retour l'étang et le jour qui décroit.

    J'ai rejoint mon refuge à la campagne. Je suis venu à pied sur la route déserte, je n'avais jamais remarqué ce calvaire noyé dans la végétation. C'était vendredi et j'étais fatigué alors j'ai allumé le feu et puis je me suis endormi, réveillé pour le thé.Comme je dors bien dans cette maison.

    Samedi il a plu une bonne partie de la journée.Pour ne pas être triste j'ai repris mes pinceaux et après avoir jeté au hasard quelques couleurs sur le papier, j'ai commencé un dessin .

    Dimanche le soleil est revenu dès le matin, les écureuils étaient de sortie pour faire leurs provisions de glands et de châtaignes. J'ai continué à dessiner. De temps en temps j'allais fumer une cigarette dans le jardin au soleil. Je lisais aussi Raymond Carver en anglais avec un réel plaisir de lire un écrivain dans sa langue.

    Dimanche aussi j'ai repris la route, je n'ai croisé personne. La lune se levait superbe comme un énorme fromage. la nuit est tombée, le train est arrivé plein de monde. Ce retour à la civilisation m'a un peu étourdi.


    4 commentaires

  • 1 commentaire
  • Je traverse le pont et il y a ce type qui fixe la route. Il a l'air un peu déboussolé.Son fils a eu un accident de travail et il attend. Son fils fabrique des brioches. Il y a quelques mois la la pièce qui fait tourner la chaine s'est cassée. Le patron a dit qu'il fallait taper dessus en attendant que l'autre arrive d' Allemagne, faut pas que la production s'arrête. Bien sûr elle s'est cassée de nouveau et lui a abîmé la main. Il a une grosse boule au niveau de l'articulation. Pourra-t-il continuer à travailler, il n'a que vingt quatre ans?

    Le type a besoin de parler et il me raconte sa vie. Il est originaire du Portugal, il est arrivé en France en 1974. Je m'étonne de cet exil au moment de la révolution des oeillets.

    Nous remontons plus loin dans le temps. Son père était un type très violent et bagarreur. Il avait souvent des ennuis avec la police de Salazar . Un jour il se fait contrôler par un flic de la Pide police politique redoutable pilier de la dictature, qui lui pointe son revolver sous le nez. Il n'avait pas peur et lui envoie un pain, lui prend son arme et lui pointe le canon sur la tempe. Il se fait arrêter après un procès sans témoin. On lui propose la prison ou le départ pour le Mozambique.

    C'est là que mon passant vivra une partie de sa vie, il combattra les milices luttant pour l'indépendance.Un combat perdu d'avance car les africains n'avaient pas peur de la mort qui est une fête pour eux et marque un départ pour une autre vie. Ah ouais?

    Quand tout s'écroule il fuient, se rendent au Kenya puis au Gabon d'ou il prennent un avion pour Paris.  Arrivé en France on le traite "comme un bandit" et on le renvoie au Portugal.

    Il s'y installe et trouve un boulot dans le bâtiment et rencontre une fille française, "on s'est aimé, on se marie" ce qui le fâche définitivement avec sa propre famille.

    Mais son beau père a un cancer et sa femme ne veut pas l'abandonner tout seul en France. Alors c'est encore un déchirement supplémentaire de quitter à nouveau le Portugal cette mère patrie qui le fuit depuis le début. Car avec son petit salaire d'ouvrier portuguais pas question de faire le voyage tous les mois.

    Et maintenant on parle politique, de la France qui se casse la figure, de l'écart qui se creuse entre les pauvres et les autres......tous les autres. Et rendez vous compte maintenant ces français riches qui s'installent au Portugal pour ne pas payer d'impots.

    Ensuite son discours est un mélange de vérités absolues et de considérations un peu délirantes. Il déteste tous les hommes politiques qui ne pensent qu'à s'en foutre plein les poches, Giscard, Baroso (les exemples ne sont pas faux) mais il a une indulgence surprenante pour François Hollande: Quand il a vu tous ces sans dents c'était comme un film d'horreur lui qui vient d'un milieu aisé alors il s'est mis à raconter n'importe quoi aux journalistes!

    Le fou rire me menace.

    Après il me décris la victoire des réfugiés syriens dans un combat contre de jeunes militaires français mal formés  qui patrouillent dans les rues ces andouilles, qui ne connaissent pas les tirs croisés alors que les autres en bon habitués de la guérilla n'en feront qu'une bouchée.Ils auraient du rester à défendre leur pays, mourir dans l'honneur.

    Je commence à me demander s'il n'a pas un pet au casque? a minima en tout cas.

    Je me tire quand il commence à aborder les chinois, je vais chercher des cigarettes et le bar tabac va fermer.

    C'est un récit de vie que je vous redonne tel qu'il m'a été donné de l'entendre, à un moment ou on ne l'attend pas mais dès qu'on laisse le temps aux gens de parler ils ont des choses à dire.

     

     

     

     


    3 commentaires

  • 1 commentaire
  • Ce matin j'ai acheté cette grenade pour sa couleur, ce rouge comme un beau cuir de Cordoue et je suis parti en voyage.........


    votre commentaire
  •  

    Je parle des pierres qui n'ont même pas à attendre la mort et qui n'ont rien à faire que laisser glisser sur leur surface le sable, l'averse ou le ressac, la tempête, le temps.

    Roger Caillois L écriture des pierres

     


    4 commentaires
  • Les membres distingués du Comité Nobel ont écrasé leur joint dans le cendrier, pas question de brûler le tapis ni de laisser une boulette faire un petit trou disgracieux dans leurs habits de toréadors scandinaves.

    Et ils ont pris cette décision qui a fait grincer quelques grincheux mais  réjouit sans doute pas mal de gens de ma génération.

    Sans l'avoir jamais vu en concert j'ai passé une partie de ma jeunesse à écouter Dylan.

    Sa voix nasillarde ne me séduisait pas particulièrement mais elle m'envoutait parfois, me bousculait en tout cas. La puissance des images  de certaines chansons résonnait en moi et ont laissé une trace qui demeure encore aujourd'hui.

    Je n'étais pas un fan (pas assez organisé pour ça), je n'étais pas scandalisé qu'il passe de l'acoustique à l'électricité, je me fichais pas mal de ses revirements idéologiques ou de ses conversions foutraques non j'ai pioché dans sa discographie des fulgurances, des éclats de lumière, des orages poétiques.

    Alors sans plus réfléchir: l'album Blonde on blonde. I'am only bleeding avec cette phrase terrible" J'entends un grand bruit derrière la porte/ C'est rien Ma c'est seulement moi qui saigne". Aussi Sad eyes lady of the lowlands, Dirge...... et des tas d'autres.

    Je repense aussi à ce qu'avait dit Sartre de Camus recevant ce même prix Nobel de littérature:" Bien fait pour lui"

     

     


    2 commentaires
  •       Nous n'attendons rien de l'avenir.

     

                     L'avenir

                        Est

                     Fatigué.

          Un jeune homme habitant de Bassora, Irak.


    2 commentaires
  • C'est une petite black, vive, délurée qui ne tient pas en place et qui veut toujours avoir le dernier mot.

    Elle s'empare des marionnettes du loup et de la grand mère et décide de jouer cette fameuse histoire dont je donnais ma version d'enfant il y a quelques jours.

    Elle décide que je serai la grand mère . J'émets timidement l'idée que je pourrai être un grand père mais elle m'arrête tout de suite" c'est pas dans l'histoire" et puis comme je suis vieux alors....

    Soit allons y pour la grand mère. Elle déploie une grande agressivité et il s'en faut de peu pour que la marionnette de la vieille ne perde sa perruque mal collée. 

    Elle finit par se jeter sur moi en criant" Putain je vais te manger". Bon il est temps que j'intervienne : pardon? Je la prie de revenir à un loup de facture plus classique.

    Elle me répond "oui mais ce serait un loup rappeur alors forcément il dirait des gros mots".

    Je m'autorise alors une grand mère rock'n roll et lui intime de se calmer tout de suite.

    Elle sait bien de quoi je parle et finis par me dire qu'à l'école ça se termine toujours comme ça et qu'elle se fait gronder. Elle est bien au fait de son problème c'est déjà pas mal. Nous ne sommes pas à l'école. On continue d'en parler, les marionnettes gisent sur le tapis, inanimées, nous on cause.


    2 commentaires
  • Un peu de lecture?

    Quelques lectures qui ne reflètent que mes goûts ou mes intérêts:

    Robert.j.Lenon: The Mailman. Sam Lipsyte: Demande et tu recevras. Mariam Petrossian " La maison dans laquelle" Ces trois livres chez cet exellent éditeur Monsieur Toussaint Louverture.

    Antonio Lobo Antunez: La splendeur du Portugal, Le cul de Judas.

    Maria Goliarda Sapienza: L'art de la joie. José Saramago: Relevé de terre,Menus souvenirs.

    Hubert Selby Jr: La Geôle.

     


    5 commentaires
  •                     http://www.saint-nazaire-tourisme.com/content/l-fresques-des-artistes-de-valparaiso

     

    C'est un quartier en face du port en place du vieux St Nazaire disparu sous les bombes.

    Quand je pense au port me revient toujours cette séquence d'une bande dessinée des années 70 de Régis Franc.

    Une poule sentimentale et entreprenante dans un rade un peu minable face à un lapin largué et sournois. Cette réplique" Je  suis une fille du port. Comme qui dirait une ombre de la rue" est devenue culte dans mon panthéon personnel. C'est une parodie de la chanson d'Edith Piaf" Allez Milord"

    Pour le reste voilà ce que disent les murs de ce quartier bien sympathique.

     


    1 commentaire

  • 1 commentaire
  •  

     

     

     La tour à plomb de Couëron est l'un des derniers édifices industriels du XIXe siècle dans la région de Nantes.

    Elle faisait partie d'une usine construite en 1861 au bord de la Loire à Couëron, pour traiter le minerai de plomb et laminer le laiton et le cuivre. Cette usine qui appartenait au départ à la Société des fonderies et laminoirs de Couëron a cessé son activité en décembre 1988 dans le cadre de l'entreprise Tréfimétaux, après avoir connu plusieurs raisons sociales (Pontgibaud). Les bâtiments appartiennent maintenant à la ville de Couëron. Wikipedia.

    Ces horribles paquebots de croisière dans lesquels on s'entasse sur six étages. La croisière s'amuse berk. Mais ils prolongent l'activité des chantiers navals.

     

     

     

    J'ai l'esprit chagrin lorsque je m'embarque, le coeur lourd de penser que je ne me promènerai plus jamais avec toi. Et puis la dérive au fil de l'eau dissout ces pensées moroses et me ramène au monde. 

    C'est le deuxième visage de l'estuaire ou subsistent encore des vestiges des industries du 19ème et du début du 20ème siècle ( mon dieu que je suis vieux). toutes ces ferrailles rouillés ont pris un certain charme poétique celui des choses abandonnées. Seule demeure la vie du port de St Nazaire.

     

     


    votre commentaire
  • Louis-Charles de Besné, comte du Chaffault, seigneur de Chambreton, Meslay, la Goyére, et autres terres, né le 29 février 1708 à Nantes, mort en cette même ville le 27 juin 1794 à la prison de Lusançay (manoir de la Hautière), est un lieutenant général des armées navales français. Originaire d'une famille noble nantaise, Louis Charles du Chaffault de Besné entre jeune dans la marine royale et se distingue une première fois au large du cap Finisterre pendant la guerre de Succession d'Autriche.

    La paix revenue, il effectue plusieurs missions dans les Antilles et ravitaille les établissements de Nouvelle-France. Promu lieutenant général des armées navales, il commande, en cette qualité, à la bataille d'Ouessant en 1778, ce qui lui vaut son surnom de l'« homme d'Ouessant ». Retiré en Vendée à la Révolution, il est arrêté et meurt à la prison de Lusançay le 27 juin 1794. Wikipédia. Sont toujours élégants ces officiers de marine.

     

     

    L'estuaire

     

     

     

                                     Jean Luc Courcout: La maison dans la Loire

     

     

                                                         Sarah Ze The settlers

     

     

    L'estuaire

                            Erwin Wurm: Misconceivable . Une allusion à ce canal de la Martinière conçu trop étroit pour que les gros bateaux remontent la Loire jusqu'à Nantes. Aujourd'hui bel endroit de promenade et refuge pour les oiseaux.

     

     

     q

     

                                           Paimboeuf

    Non ce n'est pas le delta du Gange, les bouches de l'Irawady, l'embouchure de l'Orénoque mais l'estuaire de la Loire de Nantes à Saint Nazaire. On y voit de beaux arbres, des tas d'oiseaux et quelques propositions artistiques le long du parcours. L'eau prend la couleur du ciel qui s'éclaircira peu à peu lorsqu'on arrive à la mer.


    1 commentaire
  • Quand j'étais gosse je vivais cette fameuse histoire du chaperon rouge comme un petit thriller assez gore.

    J'éprouvais de la compassion pour ce pauvre loup obligé de bouffer une vieille grand mère toute sèche avant de se taper le dessert. Je trouvais le chaperon rouge un peu gourdasse donc bien fait pour elle.

    Et le loup traveloté en grand mère me faisait mourir de rire. Aussi un petit frisson digne des meilleurs polards quand il se jetait sur l'une ou sur l'autre.

    J'avais bien compris que"Tourne la bobinette et la chevillette cherra" était  une formule magique qui simplifiait l'effraction de la serrure mais je n'ai découvert que bien plus tard que le fameux cherra, qu'on ne nous expliquait jamais, n'était en fait que le futur du verbe choir.

    Quelques années passèrent et le loup de Tex Avery avec les yeux qui jaillissait des orbites sous l'effet de l'exitation sexuelle me fit comprendre que je n'étais pas le seul pervers sur la terre et d'ailleurs je ne suis pas devenu un serial killer alors tout va bien. Et vous?


    3 commentaires
  • Pour terminer cette journée le Lento déchirant du quatuor américain de Dvorak.


    votre commentaire
  • Une exposition assez fourre tout, un peu d'Art, un peu d'Artisanat et pas mal de choses insignifiantes... à mes yeux bien sûr.

    J'ai aimé le travail des recycleurs, des bricoleurs d'objets en métal ou de ceux qui travaillaient l'acier.

    Je ne sais qui a fait quoi mais à voir: Christian Champin , Caroline Brisset, Esprit métal.


    1 commentaire
  • Au fil de l'eau

    Au fil de l'eau

    Au fil de l'eau

    Au fil de l'eau

    Au fil de l'eau

    Au fil de l'eau

    Au fil de l'eau

    Au fil de l'eau

    Au fil de l'eau

    J'aurai rêvé ma vie à l'instar des rivières. Vivant en même temps la source et l'océan. Sans même parvenir à me fixer même un mince moment.

                 Jules Supervielle "La fable du monde"

     

    Aujourd'hui il faisait bien trop chaud pour rester sur la terre ferme alors j'ai fait cette promenade en bateau. Pour en finir avec la pesanteur. Pour aider le Dieu maladroit qui essayait en vain de sortir nos corps lourds de la glaise.

    AU retour la ville m'est redevenue agréable comme un petit puzle coloré.

     

     


    2 commentaires
  •  

     



    Marcher jusqu'au lieu où tarit la source
    et attendre, assis, que se lèvent les nuages.



               WANG WEI , 701-761            

     

     

     


    2 commentaires
  • Ciao Vieille Odile......

    http://taillandier-art.com/kolbindex.htm

     

    Vieille Odile ne savait que boire et peindre ce qu'elle faisait avec un immense talent. Je l'ai croisée plusieurs fois dans ma vie , j'ai aimé son humour son mépris absolu des conventions sociales et son impressionante beauté. J'avais relaté dans ce blog une visite à laquelle je l'avais accompagnée dans l'atelier du tapissier Grau Gariga.

    Vieille Odile a vidé son dernier verre et elle est montée direct là haut là ou personne ne pourra plus l'emmerder, délivrée enfin de toutes les contraintes matérielles.

    Je la salue bien bas. Cliquez sur le lien pour avoir un regard sur ses oeuvres.

     


    votre commentaire
  • Swing (on ne va pas en rester là!)

    Je trouve la plupart des DJs assez ennuyeux, souvent répétitifs et sans imagination. Parov Stelar me parait plus intéressant qui aime le swing des années folles et son atmosphère joyeuse et déjantée. Ce clip est un remix très réussi.Mix de mix de remix c'est une habitude dans ce genre de musique et l'on s'en fout pourvu que l'on danse.

      J'ai été happé par le regard doux et mélancolique de ce trompetiste. Qui est il? Un amateur de jazz éclairé me livrera peut être son nom?


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique