• Noir et blanc

    Le blanc comme le noir sont deux couleurs difficiles à rendre pour tous les peintres. Peindre la neige sans que celle ci soit un peu grise, les noirs sans qu'ils perdent de leur densité et de leur profondeur. Je ne suis qu'un petit peintre amateur qui ne travaille que sur papier. J'avais trouvé un Blanc isolant assez satisfaisant. Pour le noir j'utilise de l'encre de chine.

    Je me souviens d'avoir été ébloui par les blancs des chevaux dans ce tableau de Paolo Ucello " La bataille de San Romano". Ce tableau composé de trois panneaux dispersés aujourd'hui entre le Musée du Louvre, la National Gallery et la Gallerie des Offices est une merveille. Le détail que je présente n'en donne qu'une très vague idée. La qualité des reproductions est une autre question.

    Quand au noir ce qui se rapproche le plus de ce que j'en attendrai c'est sans doute le velours noir, ces grands grands manteaux de velours noir dans la peinture ancienne certes , mais surtout l'étoffe elle même.

    Quelque chose de somptueux et de chaleureux. Oui le noir est une couleur chaleureuse. Les personnes qui ont les yeux noirs ne donnent pas une impression de froideur.

    Les noirs de Soulage donnent ont une classe folle, une modernité à laquelle je suis sensible mais je cherche un noir qui ne serait pas réduit à une surface.

    Et je lis ce matin dans la presse qu'il existe un noir, le plus noir du monde le Vantablac qui absorbe 99,6% de la lumière.

    Ce n'est pas une peinture ni même une couleur mais une série de nano tubes alignés verticalement et utilisé à des fins militaires ( avions furtifs etc.).

    Comme ce noir absorbe toute la lumière il permet de donner à un objet, un volume l'illusion qu'il est plat.

    Anish Kapoor vient de s'assurer l'exclusivité exclusive de ce matériau à des fins artistiques déchainant ainsi la colère des artistes. En effet il n'a rien inventé de ce procédé qu'il confisque à tous les autres et que seule sa fortune lui a permis d'acquérir.

    Bon je retourne à mon encre de Chine qui est si vulnérable à la poussière.

     

     


  • Commentaires

    1
    A .A
    Dimanche 6 Mars 2016 à 23:50

    Ce qui m"a toujours fascinée devant ce tableau d'Ucello au Louvre , avant les couleurs, ce sont les lignes, le "ballet" des lignes des lances: verticales, obliques, horizontales. Elles lui donnent un dynamisme sans pareil! 

     

     

     

    J'ai une grande admiration pour le travail de Soulages. 

    Enfant, il plongeait un pinceau dans l'encre noire pour" peindre la neige" sur le papier blanc.

    De la même façon tu parles du blanc et du noir sans les séparer.

     

    A un niveau symbolique on pourrait dire qu'on ne saurait contempler le plus lumineux  sans avoir le courage de contempler le plus sombre.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :