• Pour toi qui aimait tant les fleurs.

    Avril 2015: La Bretagne en fleur

    Avril 2015: La Bretagne en fleur

    Avril 2015: La Bretagne en fleur

    Avril 2015: La Bretagne en fleur

    Avril 2015: La Bretagne en fleur

    Avril 2015: La Bretagne en fleur

    Avril 2015: La Bretagne en fleur

    Avril 2015: La Bretagne en fleur

    Avril 2015: La Bretagne en fleur


    1 commentaire
  • On l'aperçoit de tous les côtés le phare de l'île Vierge. Construit entre 1897 et 1902 la bâtiment actuel culmine a 82 mètres.C'est le plus haut phare d'Europe et le plus haut phare du monde en pierre de taille. Nous apercevons à l'arrière le précédent phare construit lui entre 1842 et 1845 sur une tour carrée.

    Il n'a plus de gardien depuis 2010 et il a été classé monument historique l'année suivante.

    Encore un support de rêve qui fout le camp, cette image de l'homme seul dans la nuit, entouré de vagues monstrueuses qui se fracassent sur cette solide mais en même temps dérisoire colonne dressée au milieu de nulle part. J'ai quelquefois des tentations de ce genre; se tourner vers la solitude, se retrouver face à soi même pour écrire ou s'abandonner à la routine de la vie monastique. Bon ça ne dure jamais longtemps mais je sens bien que je suis toujours à la recherche d'un ailleurs c'est sans doute ce qui me maintient en vie.

    Sur l'île Vierge s'installèrent en 1445 des moines" Les Recollets" des franciscains réformés qui désiraient retrouver l'idéal de pureté du poverello St François d' Assise.

    Las la vie était si difficile dans cet environnement hostile qu'ils quittèrent l'île en 1505 ce qui est déjà un exploit propre à leur valoir quelques indulgences je suppose. Ils avaient édifiés une chapelle en 1448 dont il ne reste plus rien. Le nom de l'île témoigne de la dévotion à la Vierge au moyen âge. Un proverbe breton dit "la vierge a donné trois enfants" car les moines se divisèrent pour fonder trois couvents à Morlaix, à Landernau et à Landéa.

     


    votre commentaire
  • L'église de Goulven

    L'église de Goulven

    L'église de Goulven

    L'église de Goulven

    L'église de Goulven

    L'église de Goulven

    L'église de Goulven

    L'église de Goulven

    L'église de Goulven

    C'est une des plus belles églises du Finistère, son clocher de style Louis Xlll culmine à 58 mètres. La construction commença en 1593 et elle dura 45 ans en raison du faible nombre d'ouvriers. A la base s'ouvre un portique de style flamboyant.

    Albert Le Grand, auteur de "La vie des saints de Bretagne Armorique" publié au XVll ème siècle nous éclaire sur la vie de Saint Goulven ou tout du moins sur sa légende car les dates sont contestées. Mais les légendes sont souvent plus passionnante que la vie de ces pauvres quidams.

    Son père Gaudan et sa mère Gologuenn débarquaient à peine de Grande Bretagne dans l'anse de Plounéour-Trez (dite Anse de Goulven)à Brengorut lorsque l'enfant vint au monde. Une fontaine miraculeuse jaillit pour les désaltérer. Dès sa tendre enfance Goulven se montre attiré par l'abstinence se contentant de peu; Ayant fini ses études il commence à évangéliser le peuple et fit dit on quelques miracles.

    Mais attiré par la solitude il se retira dans un ermitage face à la mer et planta trois croix pour circonscrire son domaine monastique sur l'emplacement de la future paroisse. Il y mena une vie pieuse, rythmée par la prière, en compagnie de son disciple Maden.

    le Comte Even, seigneur de Leon qui aurait grace à son intercession remporté une victoire sur les pirates normands lui fit cadeau pour le remercier de son territoire (minihi en breton). Sa renommée grandit et en 602 il fut élu à l'unanimité évêque de Léon alors qu'il se trouvait en route pour Rome afin d'être dispensé de cette fonction. Quelques années avant sa mort il se retira de nouveau du monde pour mener une vie d'anachorète, celle qu'il avait toujours souhaitée.


    votre commentaire
  • La maison des douaniers.

    Four à goémon.

    Meneham est un hameau de la commune de Kerlouan qui fut d'abord un lieu de vie pour les militaires, un poste de douanes puis un village de paysans pêcheurs goémonier.

    La grève est très accidentée et on dit que lorsqu'une tempête s'annonçait certains villageois promenaient de grands boeufs aux cornes superbes  dans lesquelles on accrochait des lanternes afin que les bateaux viennent se briser sur les rochers. Cette côte s'appelle la côte des légendes. Les rochers évoquent des animaux fantastiques qui finissent par devenir familiers.

    La maison des douaniers auparavant un corps de garde aurait été édifiée vers 1756, probablement sur la décision du Duc d'Aiguillon commandant en chef de la province de Bretagne qui en fit construire un grand nombre sur le littoral.

    Les miliciens étaient recrutés dans la paroisse de Kerlouan et les douaniers arrivèrent à partir de 1792.

    La vie est dure sur ce territoire. La terre est pauvre et le climat très rude.Les cultures ne sauraient nourrir les familles. On y pratique la récolte des crustacés et la récolte du goémon.

    Le goémon était entassé dans ces fours longs et étroits et brûlés afin d'en extraire des pains de soude.

    Il y a d'autres bâtiments sur le site qui abandonné tomba en ruine avant d'être restauré entre 2004 et 2008. Si ces restaurations sont intéressantes elles provoquent toujours chez moi un certain malaise. L'afflux des touristes et l'installation de ces boutiques de souvenirs ( marines, bijoux et j'en passe..) me font d'ordinaire fuir ce genre d'endroit. Quand un lieu ne vit plus que de l'économie du tourisme il ouvre la porte à toutes les tares de notre société, c'est irréversible! Il reste toujours la possibilité de le découvrir tôt le matin ce que je pratique en général pour pouvoir rêver à mon aise.


    votre commentaire
  • C'est un petit phare de 18 mètres de haut sur la pointe de Beg-Pol sur la commune de Brignogan- Plages. Sa construction fut décidée suite à de nombreux naufrages ce qui se comprend bien car la côte est bordée d'empilements de granit et il faut bien connaitre les lieux si on ne veut pas se fracasser sur les rochers. Il fut achevé en juin 1869 et allumé en septembre. Le phare qui se signale sur 10 milles marins est un relais entre le phare de l'île vierge et celui de l'île de Batz.


    votre commentaire
  • Cette chapelle appelée  Notre Dame du Traon ou du Val fut construite au 16ème siècle. Elle dépend de la Maison de Kergadiou du manoir de Rannorgard à un kilomètre à l'est. Elle fut restaurée au 18ème siècle. Un bel arc de triomphe daté de 1738 donne accès à la chapelle d'une architecture harmonieuse avec son clocheton à deux chambres de cloches, ses statues anciennes, ses gargouilles, son fronton renaissance de la porte latérale.

    Le magnifique calvaire de 1511 porte les armes de la famille de Kergadiou et Le Moyne de Ranvlouc'h aisi que les noms de ses créateurs Toinas et Ponci, deux italiens probablement sculpteurs de la Marine Royale à Brest. Au sud de la chapelle coule la fontaine sacrée assortie de deux lavoirs et d'un Poillin, trou à rouir le lin.

    Nous n'avons pu la photographier comme nous l'aurions souhaité car des pique niqueurs indélicats avaient garé leur camping car devant l'édifice. Nous y avons trouvé du cresson sauvage en abondance.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Au 6ème siècle, après avoir quitté la Cornouaille et traversé la Manche, Saint Pol (Paul Aurélien), l'un des sept saints évangélisateurs de la Bretagne, a débarqué à Ouessant; puis par étapes successives, il est venu à Brignogan par la pointe de Beg Pol.

    Selon la tradition il aurait débarqué ici dans une auge de pierre ( s'agissait il de son embarcation?) ou bien du bloc de granit taillé qui aurait pu servir de lest à celle -ci?)

    Par respect et piété les habitants ont souhaité transporter cette auge jusqu'au chef-lieu de la paroisse à Plounéour-Trez. Chaque fois il arrivait à la faire traînerpar des chevaux jusqu'au sommet de la grève, mais au delà les cordes se rompaient toujours. Tous leurs efforts furent vains pour la déplacer plus loin. Ils y virent la volonté du Saint de voir édifier ici une chapelle. Celle d'aujourd'hui a été bâtie au milieu des rochers sur les ruines successives des édifices précédents. Reconstruite en partie en 1870 elle a été restaurée en 1999 et renferme l'auge de Saint Pol. Aproximité se trouve le calvaire contemporain de la précédente chapelle, et l'une des guérites de l'ancien réseau de surveillance des côtes établi par Vauban à la fin du 17ème siècle; Autour de la chapelle Pol nombreuses sont les légendes, telle celle qui veut que lorsqu'un marin se noyait, son corps revenait à la côte trois jours après qu'une messe ait été dite à son intention à la chapelle.


    votre commentaire
  •               Tombe de René Guy Cadou Cimetière de La Bouteillerie Nantes.

     René Guy Cadouétait instituteur, fils d'instituteurs. Mais lui n'a pas épousé une institutrice mais une femme poète à laquelle il a dédié son recueuil "Hélène ou le règne végétal". Il a passé son enfance dans une atmosphère de préau d'école, si bien évoquée dans " Le Grand Meaulne" d'Alain Fournier. Au coeur des marais de La Brières une enfance terrienne, la chasse, la vie paysanne, la beauté de la nature , des saisons et du temps qui passe.Et le temps est passé très vite pour lui qui mourut à trente et un ans.

    Un épisode marquera aussi sa poésie. Le 22 Octobre 1941 alors qu'il rejoint sur son vélo l'école ou il enseigne,  il croise les camions bâchés qui transportent les vingt sept otages de  Châteaubriant qui seront fusillés quelques instants plus tard. Il évoque cet épisode traumatisant dans " Pleine poitrine".

    Il appartint à l'école de Rochefort là ou s'écrivaient des livres pour tenter de pouvoir encore penser et sentir sous le régime du Maréchal Pétain, s'extraire de cette gangue de lâcheté. Il aura connu l'amour et l'amitié dont est fait le sang des poètes.

    Voici un poème que lui a dédié sa femme:

     

    René Guy Cadou

     

    Toi

    Dans une tour de soleil

    Toi

    Dans la terre avec mes ongles retournés

    Toi

    N'en déplaise aux loups

    qui cernent mon sommeil

    Toi

    Dans la mer

    A la peinture fraîche lavée

    Avec les mille doigts du bonheur

    Avec le fuseau des heures enlacées

    Avec les continents à la dérive

    Toi

    Dans la chambre ou je veille

    Epaule contre ma joue

    Fougère qui parle dans les vitres

    Arbre du sang qui me dessine

    Toi

    A plein coeur à pleine voix

    Toi

    Dans les souvenirs à venir

    Pour l'enfant que nous n'avons pas.

    Hélène Cadou.

     

     Et voici un poème de René Guy Cadou:

     

    Je t'attendais....

    Je t'attendais ainsi qu'on attend les navires

    Dans les années de sécheresse quand le blé

    Ne monte pas plus haut qu'une oreille dans l'herbe

    Qui écoute apeurée la grande voix du temps

     

    Je t'attendais et tous les quais toutes les routes

    Ont retenti du pas brûlant qui s'en allait

    Vers toi que je portais déjà sur mes épaules

    Comme une douce pluie qui ne sèche jamais

     

    Tu ne remuais encore que par quelques paupières

    Quelques pattes d'oiseaux dans les vitres gelées

    Je ne voyais en toi que cette solitude

    Qui posait ses deux mains de feuille sur mon cou

     

    Et portant c'était toi dans le clair de ma vie

    Ce grand tapage matinal qui m'éveillait

    Tous mes oiseaux tous mes vaisseaux tous mes pays

    Ces astres ces millions d'astres qui se levaient

     

    A que tu parlais bien quand toutes les fenêtres

    Pétillaient dans le soir ainsi qu'un vin nouveau

    Quand les portes s'ouvraient sur des villes légères

    Ou nous allions tous deux enlacés par les rues

     

    Tu venais de si loin derrière ton visage

    Que je ne savais plus à chaque battement

    Si mon coeur durerait jusqu'au temps de toi même

    Ou tu serais en moi plus forte que mon sang

    René Guy Cadou 1945

    Quatre poèmes d'amour à Hélène.

     

     


    votre commentaire
  •  

    La pointe de Guilben.

    La pointe de Guilben.

    La pointe de Guilben.

    Un jour un peu gris, une lumière cotonneuse qui s'accorde si bien à ce paysage. Du côté de la terre une colline vert tendre et toute en fleurs et de l'autre cette langue qui s'avance vers la mer. De la vase et des roches noires. Ces étendues de vase sont un peu menaçantes, on ne s'y risquerait pas.

    La Pointe est entièrement constituée de roches volcaniques en forme de cousssins(Pillow Lava), affleurement du quaternaire, vous êtes sur un très ancienne planète. On a découvert sur l'estran des vestiges de pêcheries datant du douzième siècle.

    Cette presqu' île a été fortifiée depuis la fin du dix huitième siècle comme site stratégique de défense de la Baie de Paimpol, il a de nouveau été utilisé en 1943.


    votre commentaire

  •  

    Un poète breton: Eugène Guillevic

    Un poète breton: Eugène Guillevic

    Eugène Guillevic n'est pas un poète maudit bien au contraire.Il est né à Carnac le cinq août 1907 et mourut à Paris en 1997. Carnac sera toujours pour lui un point d'ancrage, il aurait dit il appris à marcher au milieu des alignements de ses menhirs.

    C'est un homme engagé dans la vie de son temps, il fait de solides études et participe à divers cabinets ministériels auprès des ministres communistes. Catholique pratiquant jusqu'à trente ans il n'est jamais étroitement religieux, sa vision s'élargit au sacré en s'appuyant sur le concret des choses, les pierres, l'eau, le vent....En ce sens il me fait penser au Françis Ponge de La fabrique du pré.

    C'est un poète visuel et ce qui m'intéresse dans son oeuvre ce sont les rapports entre sa poésie et la peinture qui ont donné naissance à de très beaux livres. Voici un extrait de son poème Terraqué( 1942).

     

    Tu te réveilles

    Tu vois encore de grands trous d'ombre,

    Des gueules ouvertes, des dents de roches

    Un grand feu

    Léchant le métal.

    Tu as vu, retiré de la mer incendiée,

    Le ciel bouchant le noir des longs couloirs brûlés,

    Le mouvement des grandes masses d'eau- tu te souviens

    De la clameur de leur défaite.

    Tu glissait parmi le chaos,

    Poussant les roches au rire,

    Cherchant l'amitié du feu.

    Tes flancs, ta bouche accouchait les végétaux,

    Les animaux criant d'espoir et s'en allant

    Attendre la poussée de leur chair exigeante.

    Tu faisais claquer la lagune sur ta langue,

    Tes doigts montaient dans les écorces,

    Tu collais à ta peau

    Toute l'argile.

                        


    votre commentaire
  • J'aime ce pays breton pour les déclinaison infinies de la lumière. Pour ces ciels lourds de l'orage qui s'avance à l'intérieur des terres ou quand le bleu éclatant de la mer tourne aux gris et au vert.


    votre commentaire
  •  

    Un poète breton Tristan Corbière

    Un poète breton Tristan Corbière

    La Bretagne est une fleur vénéneuse qui sécrète la misère et l'oubli dans le sang de ses poètes.

    A cet égard Tristan Corbière est l'archétype du poète maudit. Il est né à Morlaix en 1845 et il y mourra en 1875 à l'âge de trente ans.

    A sa naissance son père est âgé de cinquante deux ans et sa mère de dix neuf ans. A quatorze ans il est envoyé comme pensionnaire au Lycée Impérial de St Brieuc, il commence à être atteint de rhumatisme articulaire. Il rejoint Nantes ou son oncle exerce comme médecin, il abandonne ses études.

    Il voyage un peu et s'installe dans la maison de ses parents à Roscoff. Les habitants du village le surnomment l' Ankou, sa silhouette de pantin disloquée et maigre évoque cette figure du spectre de la mort.

    Il aurait rêvé d'être marin, il prend souvent son bateau, il se livre à quelques excentricités. A Rome il promène un porc en laisse déguisé en évêque lors d'un carnaval auquel assiste le Pape.

    En 1873 il fait paraître son unique recueil de poèmes : Les Amours Jaunes qui passe totalement inaperçu. C'est Verlaine qui le tirera de son purgatoire dans son anthologie des poètes maudits.

    Il n'a connu que la solitude, la maladie, une passion que l'on dit sordide pour une petite actrice qui fut néanmoins sa muse.

    Sa poésie est bien vivante d'images crues au rythme haché, pleine d'ironie envers lui même. Voici un de ses poèmes.

     

                                        Paysage mauvais

     

    Sable de vieux os-Le flot râle

    Des glas: crevant bruit sur bruit......

    -Palude pâle ou la lune avale

    De gros vers pour passer la nuit.

    -Calme de peste ou la fièvre

    Cuit.... Le feu damné languit

    -Herbe puante ou le lièvre

    Est un sorcier poltron qui fuit....

    -La lavandière blanche étale

    Des trépassés le linge sale,

    Au soleil des loups....-Les crapauds,

    Petits chantres mélodiques

    Empoisonnent de leurs coliques,

    Les champignons, leurs escabeaux.

     


    votre commentaire
  •  

    En voyage lire la poésie des écrivains de la région vous apporte une autre dimension. Cette parenthèse temporelle est aussi ce qui fait lien avec mon regard d'aujourd'hui. Je marche et je rêve. La vie de des poètes bretons que j'affectionne fut tragique, exception faite de celle de Guillevic.

    Tragique comme la Bretagne qui possède un côté lumineux mais aussi une face sombre, toute de ciels orageux, de misère sociale, de marins disparus, de lumière grise sur des rochers balayés  d'un vent mauvais.

    Ces poètes ont tous un point commun leur amour de la nature, leur perception directe des éléments fondamentaux qui la compose: la mer, la roche, l'eau, le végétal, le vent.

     

    Ils sont aussi des témoins de leur temps, de cette tension extrême entre l'envie de vivre libres et la possibilité de mourir à tout instant dans l'horreur des guerres.

    UN poète breton: St Pol Roux

    UN poète breton: St Pol Roux

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Le petit cottage, notre logis.

    A travers les grilles deux photos de la maison voisine.

    Situé au coeur d'une affreuse zone commerciale une allée se faufile discrètement vers ce havre de paix et de silence.

    Le manoir dont la construction laisse apparaitre des transformations entre le quatorzième et le dix septième siècle a belle allure. Nous sommes logés dans ce modeste gîte qui était un commun mais nous prenons notre petit déjeuner dans la grande salle. Les clients sont étrangers témoignant ainsi d'un goût des belles choses dont on ne peut que les féliciter. J'aime photographier ces vieilles demeures si nombreuses en Bretagne. Les propriétaires sont très agréables et courageux pour redonner à cette demeure une allure qu'elle avait perdue. Le précédent propriétaire vivait à Moscou et n'en avait rien à faire.

     


    votre commentaire
  •  

    L'Archipel des sept Îles 2- L'Île aux Moines.

    L'Archipel des sept Îles 2- L'Île aux Moines.

     

    L'Île aux Moines tire son nom des moines cordeliers qui l'occupèrent au quatorzième et au quinzième siècle. Les cordeliers est le nom que prirent les moines fransiscains établis en France. L'appellation remonte à St Louis qui avaient remarqué au cours de la seconde croisade de 1250 ces religieux très combatifs envers les Sarazins. Il s'enquit de leurs noms et on lui répondit qu'ils étaient " de cordes liées" car ils portaient sous leurs robes de bure une grosse corde avec des noeuds de part en part.

    C'est la seule île sur laquelle on peut débarquer, le bateau permet une escale de 45mn. Elle possède une source d'eau douce .

    L'Île était un refuge pour les pirates et Louis xv décida la construction d'un fort dont l'édification fut confiée à un disciple de Vauban Simon Garengeau, pour arrêter la contrebande. Il y a aussi une poudrière.

    Entre 1834 et 1835 un phare fut construit, démoli par les allemands en 1944 et reconsruit en 1952. Il fut occupé jusqu'en 2007. Gardien de phare est un métier qui m'a toujours fait rêver tout comme la tentation d'une vie monastique. J'ai bien conscience qu'il s'agit là d'un besoin de silence pour échapper au tumulte de ma propre existence.

    A cette époque l'Île est couverte de fleurs et la mer est d'un bleu soutenu.  Une curieuse et discrète plaque attire mon attention" place Job Kazus" Qui était ce? Malgré mes recherches je n'ai rien trouvé  à son sujet sur internet qui ne connait que le jeu vidéo du même nom.

     


    votre commentaire
  • C'est l'île la plus à l'est de l'archipel des sept îles. On ne peut y débarquer mais un bateau nous y amène depuis Perros Guirec pour cette promenade avec un arrêt à l'île aux moines. Rouzic parce qu'elle est de couleur rousse la plupart du temps ce qui n'est pas le cas en ces premiers jours de mai. Sur un côté l'herbe est bien verte et de loin une étendue blanche que l'on pourrait de loin confondre avec une roche calcaire. Que nenni! Il s'agit de l'unique site de nidification des fous de Bassan en France. Près de 20000 couples viennent occuper cette gigantesque nursery. Les oiseaux s'entassent sur le versant nord de l'île face au vent car étant donné leur envergure ils ne pourraient pas décoller autrement. Ces oiseaux atteignent leur maturité sexuelle vers quatre ans. Sur le versant nord exposé en permanence au vent les nids composés d'algues se dessèchent rapidement alors ils doivent apporter des algues fraîches en permanence pour le confort de leur progéniture . Un peu à l'écart le coin des célibataires et des veufs/ves, il faut bien choisir son épouse car ces oiseaux restent fidèles toute leur vie. Le bruit est infernal et l'odeur de fiente vous prend à la gorge. Les oiseaux ne restent pas en france, on a pu suivre grâce aux balises Argos des jeunes bagués en 2012 jusque sur les côtes de Mauritanie.

    Nous voyons deux petits pingouins Torda et de temps en temps des phoques gris dont la petite tête surgit hors de l'eau car ils sont curieux.


    votre commentaire
  •  

    L' Archipel des Sept Îles.

    L'archipel des Sept Îles est situé au nord de la Bretagne en face de Perros Guirec. Il y a cinq îles principales: l'île Rouzic, l'Île Bono, l'Île Plate, l'Île aux Moines et l'Île Malban.Pour faire le compte on rajoute un îlot Le Cerf et un amas de rochers qui ne se découvre qu'à marée basse: les Costans. Ce nom de Sept Îles vient d'une mauvaise transcription d'une graphie bretonne ancienne Sentiles par ces ignares de l'administration française.

    On ne peut débarquer que sur l'une d'entre elles l'Île aux moines.

    Cet ensemble constitue une réserve ornithologique nationale depuis 1976, la station ornithologique se trouve sur une autre île: l'Île Grande accessible par la route.

    En 1912 La Société des Chemins de Fer de l'Ouest décida d'organiser des safaris pour chasser les macareux moines dont la population chuta de vingt mille individus à deux mille. Une poignée de gens sensés eut raison des assassins et parvint à faire interdire la chasse sur l'ensemble de l'Archipel qui fut classé en Site Naturel Protégé.

    Je vais vous parler de l'île Rouzic et de l'île aux Moines.

     


    votre commentaire
  •  

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

              

     

    Veuillez nous excuser

                     DE

      Cette interruption 

         

         MOMENTANEE..........

              

     

     

     

     

     

     

     

                              

     

                                     

     

                          

     

     

     

     

     

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

    TREGUIER: la Cathédrale Saint-Tugdual.

     

    La mode est aux prénoms improbables. Jeunes parents bretons si vous cherchez un prénom original pour le petit dernier Tugdual fera l'affaire.

    St Tugdual était un religieux venu au cinquième siècle du Pays de Galle avec soixante douze autres comparses pour évangéliser l'Armorique. Il fut nommé évêque de Tréguier et il est considéré comme l'un des sept Saints fondateur de la Bretagne. De sa vie nous connaissons plusieurs récits, choisissez celui qui vous plaira.

    La cathédrale abrite le mausolée d'un autre illustre personnage: Yves Hilory de Kermartin plus connu sous le nom de St Yves. Il naquit le 17 octobre 1253 près de Treguier, ville ou il décèdera le 19 mars 1303. Prêtre et official (il rend la justice, pouvoir délégué par l'évêque diocésain) il consacre sa vie à la justice et aux pauvres. Il sera canonisé le 19 mai 1347 par le Pape Clément VI. Il est le Saint patron des professions de justice et Saint patron de la Bretagne. Un vieux cantique populaire le décrit ainsi: "St Yves était breton, avocat mais pas voleur, chose admirable pour le peuple".Je n'aime pas plus que ça le style "Boite à bombons", Grosse meringue de marbre du mausolée. Mais j'aime ce détail.

    Cette cathédrale renferme d'autres tombeaux: celui de Jean cinq de Bretagne dont la vie fut tragique et passionnante et ceux des Seigneurs de Tréguier de 1264 à 144. Parmi ceux ci les tombeaux d'Olaf de Tréguier, de sa femme Elisabeth et de leurs cinq enfants tous retrouvés morts au matin du 1er novembre 1444, une énigme de l'histoire de la Bretagne.

    Sur le plan de l'architecture c'est une cathédrale gothique qui a conservé une partie romane la tour Hasting. Elle se prolonge par un cloître gothique à 4! arcades que je n'ai pas visité car les yeux se fatiguent devant tant de beauté et qu'en voyage il faut se respecter soi même et ne pas chercher à tout voir.


    votre commentaire
  •  

    Tréguier.

    La statue d'Ernest renan.

    La passerelle St François.

    Ce platane a environ 300 ans

    La maison d'Ernest Renan.

    J'entretiens un rapport ambigu avec ces petites villes de province dans lesquelles j'aime flâner mais qui me rendent mélancolique. Plus jeune j'en ai habité plusieurs et j'ai erré desoeuvré des dimanches interminables dans des rues désertes, seul et en proie à des chagrins insondables d'adolescent, en manque de drogue et de tout le reste.

    Aujourd'hui je trouve Tréguier bien jolie , les arbres, la rivière, les vieux murs......

    La ville est située au confluent du Jaudy et du Guindy,la rivière de Tréguier étant l'estuaire commun au deux rivières. On est à neuf kilomètres de la mer et les bateaux ne remontent plus la rivière pour y transporter le lin ou le blé, on ne vient plus y ramasser les huitres le trafic a décliné progressivement. Il ne reste que quelques bateaux de plaisance car le port s'assèche dès que commence le reflux.

    Ernest Renan y a vécu jusqu'à ses quinze ans et une statue lui rend hommage, enfin si l'on veut car il est représenté en pépère ventripotent tandis qu'Athéna, déesse de la science et de la raison se tient derrière et regarde dans le vide.

    La statue a été mise en place en 1903 et prise comme un défi envers la religion dans le contexte politique tendu de la séparation entre l'église et l'état de 1905. Renan professait que la vie de Jésus devait s'examiner comme celle de tout autre homme et que la Bible devait être soumise à une lecture critique. Les photos consacrées à l'écrivain ne sont pas de moi.


    votre commentaire
  • C'est un lieu qui évoque les contes, magique et un peu effrayant. On pense à de grands animaux préhistoriques brutalement changés en pierre, condamnés à se dresser devant les flots pour l'éternité.


    votre commentaire
  •  

    De la plage du Trestaou sur la commune de Perros Guirec jusqu'à l'anse de Guirec  à Ploumanac'h suivez le sentier des douaniers pour cette magnifique promenade. Le conservatoire du littoral a mis en place un programme pour préserver la végétation et c'est payant.  Il existe trois côte de granit dans le monde les deux autres se trouvant respectivement en Corse et en Chine. C'est une combinaison de trois minéraux qui donne cette couleur: le quartz, le feldspath et le mica.


    votre commentaire
  •  

    L'abbaye maritime de Beauport.

     

     

    L'abbaye maritime de Beauport.

    L'abbaye maritime de Beauport.

    L'abbaye maritime de Beauport.

     

    L'abbaye maritime de Beauport.

    L'abbaye maritime de Beauport.

    L'abbaye maritime de Beauport a été fondée en 1202 par le Comte Alain de Goelo et son épouse. Elle est confiée à l'ordre des chanoines de Prémontré qui partagent leur temps entre vie monastique et service des quatorze paroisses sous leur autorité. Ils viennent de l'abbaye de Lucerne dans le diocèse d'Avranche.

    En 1207le pape écrivit à l'abbé de Beauport pour lui rappeler qu'en Bretagne on parlait breton et qu'il fallait nommer recteurs des prêtres qui parlait cette langue, un digne précurseur de Vatican deux! L'abbaye fut très prospère mais déclina après 1750, pillée et détruite par les révolutionnaires et fermée en 1790. Elle est située non loin de Paimpol, ville que j'ai trouvé sans intérêt  sur un socle rocheux entre l'embouchure du ruisseau de Correc et une zone marécageuse "Le Pré aux oies".


    votre commentaire
  •  

    Bretagne en fleur.

     

     

     

     

     

    Les abeilles disparaissent tuées par les pesticides. Des scientifiques nous disent qu'ils n'ont pas trouvé de cause à effet entre l'utilisation du pesticide Gaucho et cette mortalité galopante. Est ce qu'ils avouent simplement leur ignorance ou sont ils à la solde des laboratoires?

    La botanique n'est plus enseignée dans les facultés ce qui me désole. Alors je recense toutes les fleurs sur mon passage même si je n'ai pas le courage de rechercher leurs noms. Parmi les blogueurs il y en aura de moins négligents ou de plus savants, je suis preneurs de toutes les informations.

     


    votre commentaire
  •  

    Il pleut depuis des semaines, les tempêtes se sont succédées: Dirk, Petra,Qumaira, Ulla, des inondations, des vagues géantes. Aujourd'hui un rayon de soleil fait briller les prairies de chaque côté de la route qui mène à Pornic  et nous faisons une promenade sur la corniche. On se faufile entre la mer et le sentier qui longe les grandes villas d'été,un peu à l'abri du vent.

    Nous avons le temps de faire une bonne promenade avant que les éléments se déchainent de nouveau. Nous dînons au restaurant du casino. J'aime bien ce lieu , bruyants et bondé mais ou l'on mange en regardant les bateaux.

    Lorsqu'il pleut trop fort nous jouons un peu aux machines à sous. Nous sommes de petits joueurs, on se prend à rêver un peu et la mécanique idiote des machines finit par nous ennuyer.

    Pour finir retour sous des trombes d'eau mais la mer nous à libéré de nos tensions et nos tracas emportés par le reflux des vagues .

     


    votre commentaire
  • Vivre pas trop loin de la mer me fait un bien fou. De la lumière je dirai qu'elle peut correspondre à tous nos états d'âme, joyeuse au matin ou après midi lourds d'une menace inconnue,fureur des éléments directement adressés aux petites choses que nous sommes. La ligne d'horizon et cette étendue infinie apaise nos tourments.


    votre commentaire
  •  

    Locronan

    Locronan

    Locronan

    Locronan

    Locronan

    Locronan

    Locronan

    Locronan

     

    Locronan c'est "le lieu de ST Ronan" ici allongé. Il s'agit d'un ermite irlandais ou d'un évêque itinérant qui, suite à une conversation avec un ange, fut invité à quitter son Irlande natale , pour s'installer sur la terre de Cornouailles. Il construisit son ermitage là ou s'élève la petite chapelle qui jouxte la partie sud de l'église. La christianisation de la région date du 5ème siècle, mais on y trouve des traces d'occupation dès le deuxième millénaire avant JC.

    C'est un joli village qu'il faut visiter le matin quand il est à l'abri des hordes de touristes qui déambulent dans les rues en se goinfrant de Kouign Amann.

    La pierre est belle, humble chaumière ou solides maisons de maîtres. 


    votre commentaire
  •  

             Benodet, les rives de l'Odet.

     

    Les bateaux font naufrage ou s'échouent sur la grève.La marée chaque jour vient polir leurs os, c'est une mort douce, une agonie tranquille sous les yeux des promeneurs, fantômes bienveillants.


    votre commentaire
  •  

    Je me suis trouvé à Quimper le lendemain de la manifestation.

    Les bonnets rouges, le nom renvoie auxrévoltes paysannes, d'ailleurs un manifestant à la télévision portait une pancarte " Debout les chouans". 

    L'écotaxe, issue du grenelle de l'environnement si elle n'a pas encore rapporté un sous a déjà coûté un milliard d'euros pour l'installation de ces fameux portiques qui ont fait l'objet de toute la colère des bretons.

    Ils ont le sang chaud les bretons. Je me souviens des revendications autonomistes des années 70 et des attentats de l'Armée révolutionnaire bretonne: paf! une perception qui sautait à Lamballe, pif! une autre à St Brieuc. On ne pouvait se priver d'un certain sentiment de satisfaction qui nous vengait tous de la pression fiscale qui atteint aujourd'hui bien plus de gens qu'à cette époque.

    La Bretagne a misé sur une agriculture intensive, devenue assez peu rentable dans ce nouveau contexte de la mondialisation, la pêche est en crise, l'élevage aussi et tout le secteur agroalimentaire avec. Le choux fleur ne fait plus recette. La Bretagne ne peut pas soutenir la concurence de ses nouveaux voisins européens qui produisent à moindre coût alors supporter la transition écologique en plus! Et vous remarquerez qu'il s'agit d'entretenir le réseau routier mais on ne parle pas  de développer le ferroutage Une politique fiscale ne peut pas remplacer une politique économique.

    Le gouvernement a reculé immédiatement la Bretagne qui a voté massivement socialiste aux élections présidentielle qui se rebelle avant les prochaines municipales c'est pas bon ma pauvre Lucette.

    Ce mouvement fait bien sûr l'objet de tentatives de récupération de tout un tas de gens et pas toujours des plus sympathiques.

    Le président qui veut faire passer sa faiblesse pour un art de gouverner prendra sans doute la meilleure décision qui puisse mécontenter tout le monde. Sa tâche n'est pas facile mais il contribue ainsi à l'idée que les hommes politiques sont toujours des menteurs et souvent des escrocs.

    Le Front National se paie un coup de gonflette mais dans toutes les villes qu'il a dirigé il n'a pas fait preuve d'autre chose que de sa capacité à fédérer des frustrations. 


    votre commentaire
  •  

     

                      Quimper jardin du Palais épiscopal.


    Claude de Rohan est issu d' une famille de la noblesse bretonne dont l'origine remonte au XIème siècle, de puissants seigneurs quoi!

    En 1501 il est nommé Evêque de Cornouailleet sacré 10 ans plus tard. Il n'a que 22 ans et conservera cette charge jusqu'à sa mort en 1540.

    Cette charge c'est vite dit. En effet ce cher Claude est un simple d'esprit dont l'incapacité sera reconnue en 1527. Aujourd'hui c'est peut être une piste à explorer pour insérer les déficients intellectuels.

    Le roi Charles VIII nomme un conseil pour gérer ses biens, composé de ses officiers les plus dévoués.

    C'est en 1510 que fut construit ce palais pour abriter ses divagations dans un cadre agréable.

    Dans le jardin cest statues renvoient l'image d'une Bretagne paysanne, pauvre et encore pleine de piété, bien avant les affrontements entre le clergé et les républicains.

    Ces deux statues de saints ont la figure du paysan. Quand au christ on dirait qu'il a été crucifié à la sortie de la crèche.

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique