• Ils me font toujours mourir de rire.


    votre commentaire
  • Gil Balle est un artiste qui a passé vingt ans dans les prisons californiennes  en  utilisant ses talents de faussaire.

    Sorti de prison il se réfugie dans une île des Philippines d'ou ses parents sont originaires. Il sculpte des scènes de la vie carcérales sur des oeufs d'autruche. 

    Dans l'exposition Hey 4 du 23 mars au 2 Août 2019 à la halle ST Pierre 2 rue Ronsard 75018 Paris il y a deux oeufs de sa main et à croire Siné Hebdo on pourrait y aller rien que pour ça.


    votre commentaire
  •                           Celle ci vient des prairies d'Anjou

    A côté de chez moi on rencontre plutôt cette variété Elle porte le nom peu glamour de Fritillaire pintade ce qui ne rend pas hommage à sa robe à la fois modeste et distinguée.


    votre commentaire
  • Chroniques de l'ordinaire :Ma vie à la campagne

    Chroniques de l'ordinaire :Ma vie à la campagne

    Chroniques de l'ordinaire :Ma vie à la campagne

    Chroniques de l'ordinaire :Ma vie à la campagne

    Chroniques de l'ordinaire :Ma vie à la campagne

    Ces jours ci , j'ai quitté ma campagne toute fleurie. Un petit tour dans le Morbihan avec une promenade sur le Canal de Nantes à Brest.

    Une journée bien ensoleillée à ST Nazaire ,mon premier piquenique sur la plage. Une promenade matinale sur le remblai, la joie enfantine de suivre du regard les bateaux.

    Et pour quelques jours en ville mais de ma fenêtre c'est encore un peu d'arbres, d'oiseaux. Joli printemps!


    votre commentaire
  •  La même dans un stade surexcité.

    J'écoutais hier l'excellente émission de France Culture "Les pieds sur terre" consacrée à ce qui se passe en Algérie. (One two three viva l'algerie 2/2.) A réécouter sur internet.

    Cette chanson née dans les stades de foot est devenue l'hymne de la contestation de ce pouvoir moribond.

     

    La Casa Del Mouradia
    Chant des supporters de l’USMA (Union sportive de la médina d’Alger) – Les Rouge et Noir
     
    C’est l’aube et le sommeil ne vient pas
    Je consomme à petites doses( dope )
    Quelle en est la raison ?
    Qui dois-je blâmer ?
    On en a assez de cette vie
     
    C’est l’aube et le sommeil ne vient pas
    Je consomme à petites doses
    Quelle en est la raison ?
    Qui dois-je blâmer ?
    On en a assez de cette vie
     
    Le premier [mandat], on dira qu’il est passé
    Ils nous ont eu avec la décennie [noire]
    Au deuxième, l’histoire est devenue claire
    La Casa d’El Mouradia [quartier où se trouve le palais présidentiel]
    Au troisième, le pays s’est amaigri
    La faute aux intérêts personnels
    Au quatrième, la poupée est morte et 
    L’affaire suit son cours…
     
    Le premier [mandat], on dira qu’il est passé
    Ils nous ont eu avec la décennie [noire]
    Au deuxième, l’histoire est devenue claire
    La Casa d’El Mouradia [quartier où se trouve le palais présidentiel]
    Au troisième, le pays s’est amaigri
    La faute aux intérêts personnels
    Au quatrième, la poupée est morte et 
    L’affaire suit son cours
     
    C’est l’aube et le sommeil ne vient pas
    Je consomme à petites doses
    Quelle en est la raison ?
    Qui dois-je blâmer ?
    On en a assez de cette vie
     
    C’est l’aube et le sommeil ne vient pas
    Je consomme à petites doses
    Quelle en est la raison ?
    Qui dois-je blâmer ?
    On en a assez de cette vie
     
    Le cinquième [mandat] va suivre
    Entre-eux l’affaire se conclut
    Et le passé est archivé
    La voix de la liberté…
     
    Dans notre virage( de la tribune) la discussion est privée
    Ils nous connaissent quand il déferle
    L’école… et la nécessité du c.v
    Un bureau pour l’analphabétisme
     
    Le cinquième [mandat] va suivre
    Entre-eux l’affaire se conclut
    Et le passé est archivé
    La voix de la liberté…
     
    Dans notre virage la discussion est privée
    Ils nous connaissent quand il déferle
    L’école… et la nécessité du c.v
    Un bureau pour l’analphabétisme
     
    C’est l’aube et le sommeil ne vient pas
    Je consomme à petites doses
    Quelle en est la raison ?
    Qui dois-je blâmer ?
    On en a assez de cette vie
     
    C’est l’aube et le sommeil ne vient pas
    Je consomme à petites doses
    Quelle en est la raison ?
    Qui dois-je blâmer ?
    On en a assez de cette vie
     
     

    4 commentaires
  •  

    Les images silencieuses de Colville sont statiques. Pourtant, pratiquement toutes racontent une histoire, dans un scénario court et concis qui n’a pas toujours de résolution. Les situations humaines fondamentales sont leurs thèmes à la fois simples et complexes: solitude, isolement, séparation, travail, loisirs, éloignement, amour. Le seul laconisme de contenu subliminalement dramatique, souvent mélancolique, correspond à la précision absolue de la forme par laquelle il est transmis. Comme à peine un autre artiste, Colville maintient le difficile équilibre entre imagination et calcul sobre, intérêt formel et engagement social. Derrière la surface réaliste de ses images se cache le surréel - mais un surréel qui manque de toute trace de mise en scène théâtrale ou empruntant à la psychanalyse, dont Colville se méfie profondément des nouveaux mythes.

    - De l' art du XXe siècle, éd. Lingot. Walther. Vol. I Taschen, Cologne, 1998

    C'est un peintre qui me fait une forte impression et ce petit texte décrit parfaitement ce que je ressens.


    3 commentaires

  • 5 commentaires
  • La boulangerie à côté du Lycée technique. Les ados débarquent en groupe pour acheter des sandwichs ce qui rend la boulangère nerveuse. Elle n'a qu'une paire d'yeux contre des dizaines de mains.

    Ils font la queue derrière une petite grand mère bien mise. Soudain elle demande: deux braguettes pas trop cuites. Eclat de rire général, seule la boulangère reste de marbre. Les garçons s'en donnent à coeur joie:

    " Heh M'dame la mienne elle est pas trop cuite etc.

    La petite dame est écarlate. Elle serait prête à abandonner sa monnaie que la boulangère lui rend pièces par pièces. Les garçons sont passés à autre chose mais la boulangère a des regards de haine.


    3 commentaires
  • "Child Bride"

    It’s hard to tell
    This is my wedding night
    I am dressed and ready
    Beside my innocence
    It is Hard to tell
    Whose little girl am I
    The man with the black hat
    Will take me home tonight
    I wash my body, five years grown
    Promised father, leave me alone
    Hope not too lonely
    You pull away down the dusty road
    Family waiting
    Hope not too lonely

    I watched the grass blow
    Through the window
    I am a good grass widow
    I am a grass widow
    News from the sparrow
    My friendly fellow
    They get along just fine without me
    They are never lonely

    I watched the flowers grow,
    Outside my window
    I am a good grass widow
    I am a grass widow
     
    Beau comme un conte gothique.

     


    votre commentaire
  • Je sors d'une hospitalisation en psychiatrie et ce n'est pas la première fois. Pendant ce temps tu as loué pour nous un nouvel appartement très clair et accueillant et installé nos affaires. Tu sors un moment pour nous acheter de quoi déjeuner. A ton retour j'ai regroupé toutes nos affaires en petits tas sur le plancher. C'est une manie que tu connais bien, cette façon de témoigner mon malaise ne t'es pas étrangère.

    Tu te prends la tête à deux mains et tu dis" oh non". C'est un cri  de découragement , désespéré et déchirant. Tu quittes l'appartement et je me retrouve seul et perdu au milieu de nos effets. Je me suis réveillé en larmes et ce rêve m'a poursuivi une bonne partie de la journée.


    1 commentaire
  •   

      Pour traverser l'Enfer

    Faut avoir bon caractère.

     

    Cette phrase m'a traversé l'esprit et je me suis endormi.


    2 commentaires
  • A l'écoute d'un reportage sur les exilés du Nicaragua au Costa Rica je suis étonné des diminutifs employés.

    Ainsi un réfugié parle de Daniel Ortega en disant Danielito Ortega. Ce diminutif (dans mon esprit )donne à ce révolutionnaire reconverti en dictateur comme c'est souvent le cas un petit air de galopin qui ferait un mauvais coup.

    Dans une assemblée d'opposants on nomme le pays Nicaraguita. Curieux, à moins que ma connaissance insuffisante de la langue espagnole me cache le sens de ces diminutifs.


    votre commentaire
  • Après une journée bien remplie à Paris je me promène dans le cimetière Montparnasse avant de reprendre le train. Une inscription sur une tombe attire mon attention:

    Amoros fondateur de la gymnastique en France, mort en regrettant de n'avoir pu faire plus pour elle, à cause des obstacles qu'on lui a suscités.

    Il est rare qu'on affiche ainsi son dépit sur sa pierre tombale. Rentré chez moi je découvre la destinée singulière de cet homme. J'aime les personnages secondaires.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Francisco_Amorós. Un lien  qui vous permettra d'en savoir un peu plus.


    votre commentaire
  • Geometrie sud à la fondation Cartier.

    Belle exposition à la fondation Cartier qui explore le mélange de la tradition et de la modernité dans l'art d'Amérique latine.


    votre commentaire
  • Des qu'il ouvre la bouche ...... Ceux qui ne veulent pas traverser la rue pour trouver du boulot, les pauvres qui déconnent et qu'il faut responsabiliser. Le grand débat s'annonce mal.

    Il s'adresse aux français en les appelants les enfants!!


    2 commentaires
  • I'm a stranger in your town
    That's the place I belong
    Laid behind the frame
    And the curtain's torn again
    A wailing saxophone
    But you know it's all in my song
    All the sin that I can take
    But you don't even know my name

    BOYS AND GIRLS


    You've got no sense of fun
    But you know I've one
    All the good has turned to bad
    And you know what I think of that
    No time to dream
    No time to sigh
    No time to kill
    When love walks by
    And who's that crying in the street
    Death is the friend I've yet to meet

     

    C'est une si belle chanson..........

     


    votre commentaire
  • Félix Faure alors Président de la République est victime d'un accident vasculaire cérébral pendant que sa maîtresse lui dispensait une fellation dans le Salon Bleu de l'Elysée.

    On rapporte cet échange entre le Majordome et le prêtre hâtivement convoqué pour lui administrer les derniers sacrements: Le Président a-t-il encore sa connaissance?"

    -Non, Monsieur l'Abbé, elle est sortie par l'escalier de service.

    Il y a là tout l'esprit du vaudeville.


    1 commentaire
  • J'ai été un grand fan de Roxy Music pendant des années, leur originalité, leur classe folle. En ce début d'année le dernier album de Bryan Ferry  "Bitter sweet".

    Il a 73 ans, un filet de voix fragile et une élégance intacte. J'aime les vieux chanteurs, ceux qui vont au bout de leur voix sans être ridicule. Les derniers enregistrements de Johnny Cash à pleurer. 

    Dans cet album des reprises de titres avec son orchestre de jazz. Très émouvante version de Boys and Girls. Je me sens comme dans un rêve.

    Pour cueillir en douceur cette nouvelle année.


    votre commentaire
  •  

     

    Bonne année.....


    votre commentaire
  • Tomber plus bas que terre  (comment s'y prend t on?)

    tomber en pamoison           (c'est bon pour les gourdes)

    tomber de l'armoire            ( qu'est ce que tu foutais la haut)

    tomber enceinte                 ( bonne ou mauvaise nouvelle)

    tomber dans l'oubli           ( c'est le lot commun pas de quoi en faire un plat)

    tomber des nues              ( c'est ou ces nues?)

    tomber dans la dope,dans la délinquance etc (les grands classiques au choix)

    tomber ret basque ( bon ça suffit maintenant va dans ta chambre)


    2 commentaires
  • Petits matins brumeux, le chien à trois pattes est toujours plein de bonne humeur pour faire une petite balade. Il avance plus vite que moi qui n'a que deux pattes pas toujours en forme ces temps ci. mais il prend soin de moi, il fait des poses pour que je le rejoigne.

    Sinon je dessine en écoutant la radio à l'écart de " la guerre civile".

    Macron paie son arrogance et son mépris des gens, il l'a bien cherché.


    6 commentaires
  •                           De celle qui fait rêver sans altérer vos capacités motrices.

                                                         Laveur de carreaux

        Il y a des chercheurs qui ne savent pas quoi faire. Pourquoi faire tant d'efforts alors qu'il suffit de licher.

    A l'entrée du Jordan c'est le genre de café qui donne envie de s'y réfugier, atmosphère chaleureuse.

               Vers Rietland park ce bateau que je photographie à chaque voyage car il prend bien la lumière de fin du jour.

    Ces oiseaux font pitié en cages; Ils ont besoin de beaucoup voler ce qu'ils font dans un espace très réduit.


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire
  • Ndsm

    Ndsm

     

    En fin d'après midi un petit tour dans ce quartier assez endormi, peut être est ce du à cette lumière grise. On tourne un petit film, ça discute beaucoup et on recommence dix fois la même prise. Dans la grue il y a trois petits appartements je ne le savais pas. Aussi le plaisir un peu enfantin d'essayer tous les ferries quand je ne sais pas quoi faire.


    votre commentaire
  • Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski Moco Amsterdam

    Banski témoigne assez bien de la capacité du Marché de l'art à récupérer n'importe quelle forme d'expression.

    Alors Banski n'échappe pas à cette règle. Moi j'aime chez lui le message qui se passe de mots et les rapprochements inattendus qui font réfléchir. Le reste me passe au dessus de la tête.


    votre commentaire
  • Artis c'est le zoo d'Amsterdam. Aujourd'hui j'ai un peu froid alors j'apprécie la chaleur qui règne dans les aquariums, les insectariums, les reptiles. Les méduses sont de merveilleux joyaux du fond des mers.


    votre commentaire
  • Qui écrira ce Requiem pour une reine décapitée?


    votre commentaire
  • Icy et Sot: Deux street artists iraniens au Moco Amsterdam.

    Icy et Sot: Deux street artists iraniens au Moco Amsterdam.

    Icy et Sot: Deux street artists iraniens au Moco Amsterdam.

    Icy et Sot: Deux street artists iraniens au Moco Amsterdam.

    Deux frères iraniens Icy(34) et Sot(29) dont le travail ne plait pas ,bien sûr, aux autorités iraniennes. Exilés à New York mais ne renonçant pas à un futur dans leur pays. ils sont aussi critique de leur pays d'exil.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires