• Music: Avici et Aloe Blacc

    Avici, DJ de 28 ans est allé mourir loin de sa Suède natale à Mascat la capitale du Sultanat d'Oman.

    Il avait fait danser des milliers de gens en reprenant cette chanson" Wake me up" d'Aloe Blacc. C'est un chanteur dont la voix chaude et profonde m'atteint, comme ça au creux de l'estomac.

     

     


    votre commentaire
  • Trois ans déjà et la douleur est toujours aussi vive. inconsolable je demeure inconsolé. Ce jour là une grande part de moi est morte avec toi. Je suis en vie et j'essaie de poursuivre ma route sans toi, parfois j'ai le sentiment  de purger une longue peine.

    Mais la vie peut aussi me distraire de mon chagrin, l'étau se desserrer un peu et j'accueille chaque moment de légèreté avec une gratitude infinie. La peinture me permet  de me supporter dans la solitude. je ne t'oublierai jamais et t'aimerai jusqu'à mon dernier souffle.


    votre commentaire
  • C'est une vraie chance que d'habiter en ville et si près de la nature. Je fais de longues promenades le matin. Je suis allé saluer ces vaches écossaises qui entretiennent les prairies le long de la rivière, mandatées pour cette tâche par la municipalité ,oui Monsieur. Ces grosses bêtes de belle stature sont bien aimables et l'une d'elle vient se faire gratter entre les cornes. Comment peut on faire du mal à une vache?

    L214 fait un excellent travail pour redonner à l'animal toute la dignité dont nous les humains, l'avons si souvent privé.


    1 commentaire
  • Jolie cette rue non?

    Quelques livres qui à mon sens valent le détour:

    Richard Russo " A malin, malin et demi" Ed Quai Voltaire.

    Earl Thompson "Le jardin de sable" Ed Monsieur Toussaint Louverture

    Zakhar Prilepine "L'Archipel des Solovki" Ed Actes Sud


    votre commentaire
  • Cachée dans une ruelle j'ai repéré cette maison. Tous les volets sont clos et le jardin laissé à l'abandon. Des jours meilleurs il ne reste qu'un camélias rouge dont la floraison somptueuse contraste avec cette demeure délaissée. Je ne l'ai pas photographié.

    Je suis attiré par ces lieux depuis l'enfance. Quand les humains se retirent est ce que les arbres se mettent à se parler, que font les chats qui s'enfuient au moindre bruit etc.?


    1 commentaire
  •  

    Ca ne s'arrêtera donc jamais?

    Aujourd'hui je suinte la mélancolie par tous les pores de la peau. Toute cette grisaille  me porte à l'ennui, j'essaie de dessiner ...en vain. Je profite d'une accalmie pour faire une promenade chien chien sans chien, c'est à dire que je parcours avec une méticulosité de cartographe les rues du quartier que je ne connais pas encore.

    C'est sans doute le carnaval des enfants j'ai croisé un pirate et deux princesses qui prenaient le bus vers le centre ville.

    Les fleurs sont gorgées de pluie et rouillent.

    Je reviens et m'arrête chez le chinois qui s'ennuie ferme lui aussi dans sa petite boutique. J'achète un crabe farci et de l'eau minérale. Le chinois  trouve que je suis un piètre consommateur , me bombarde de questions: Tu as du riz chez toi? Et demain tu manges quoi? Tu ne bois pas de bière?

    Je suis un mauvais client mais il est très sympathique. Il ajoute " tiens je te donne un sac   gratuit pour toi"

    Les dimanches sont faits pour s'ennuyer. Mission accomplie.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Semiconductor est un duo d’artistes (Ruth Jarman & Joe Gerhardt) qui joue avec des images animées pour créer des courts-métrages, des sculptures et des installations immersives qui ont pour vocation de développer une connaissance plus profonde de l’univers physique, mais aussi de souligner les limites de cette quête. 

    Nous appréhendons la nature matérielle du monde à travers le prisme de la science. Semiconductor adopte cette démarche également : son travail est souvent le fruit d’intenses périodes de recherche dans des domaines scientifiques tels que la volcanologie, séismologie, physique, cosmologie et minéralogie.

    En examinant les techniques et procédés utilisés pour comprendre la matière physique du monde, Semiconductor révèle les failles et fractures des données scientifiques, exposant l’empreinte de l’homme dans les résultats scientifiques et valorisant la présence de l’observateur. 

    Par la création de connexions entre la matière, le son et l’image, Semiconductor brouille les distinctions entre phénomènes perceptibles et imperceptibles, entre ce qui est tangible et ce qui nous échappe. 

    L’exposition rassemble des installations récentes et présente en avant-première une œuvre nouvelle développée pendant la résidence de Semiconductor au CERN, le laboratoire pour la physique des particules basé à Genève, où se trouve le Grand collisionneur de hadrons. 

    Semiconductor a remporté le prix de la commission SónarPLANTA 2016 pour son œuvre Earthworks lors du festival Sónar, Barcelone, en juin 2016.

    Une co-production : le lieu unique, CERN and FACT

    Je ne suis pas très sérieux en ce qui concerne l'appréhension scientifique et les enjeux philosophiques soulevés par cette exposition, pire je dois confesser que je m'en fiche un peu. Mais j'ai observé un bébé qui se promenait les yeux grands ouverts. Il était extraordinairement attentif et totalement relâché. Une musique très planante baignait le lieu. J'ai basculé dans cet univers matriciel et c'était délicieux comme sensation.

     

     


    votre commentaire
  • Par le Grand

    dépourvu

    d'yeux

    puisé à tes yeux:

    le bloc erratique

    l'enfant trouvé aux six arrêtes, blanc

    de dédit.

    Une main d'aveugle, elle aussi dure comme une étoile

    d'avoir traversé les noms,

    repose sur lui, aussi longtemps

    que sur toi

    Esther.


    votre commentaire
  • Mes voisins sont retraités et souvent ils regardent la télévision et me parlent de tout un tas d'émissions que je ne connaissais que vaguement ou pas du tout. Je me demandais quel effet ça produisait la télé.

    J'en avais une image assez négative. Une fois j'ai habité avec une fille qui regardais un programme en disant ce soir c'est ce qu'il y a de moins pire, je me suis tiré vite fait avant d'être complètement décérébré.

    Alors j'ai regardé " On n'est pas couché" et j'ai détesté les deux chroniqueurs, leur ton de petits procureurs qui sont désagréables même quand ils disent du bien des invités et de leurs productions. Ce n'est pas tout à fait vrai , j'ai vu une autre émission et celle ci très intéressante. Je n'aime pas Yann Moix voilà tout.

    Nous sommes dans une société vieillissante. La publicité en témoigne à longueur de journée: tout pour les fuites urinaires, les articulations qui se grippent, les pertes d'audition, la circulation défaillante. Un médicament pour les troubles urinaires se nomme Prostamol il fallait le trouver ! Enfin si vous avez la bite comme une vieille éponge ça ne va pas vous remonter le moral.

    Sur d'autres chaines tous ces merveilleux paysages que vous ne verrez jamais, les espèces animales qui disparaissent chaque jour, les experts du commentaire politique qui passent d'une chaîne à l'autre,professionnels de la profession comme disait Godard.

    Sur Arte quelques pépites comme ce documentaire sur l'artiste Piotr Pavlenski.

    La téléréalité  (hé oui je suis consciencieux j'ai été jusque là) un concours de crétins bronzés en maillot de bain entourés de filles qui n(ont rien d'autre à faire que de se jalouser....

    Bon la télé je suis bien content de ne pas l'avoir.

    D'ailleurs je préfère la radio. Les pieds sur terre et La compagnie des auteurs enchantent mes après midi noyées de pluie ces jours ci....


    1 commentaire
  • Une de mes amies,la cinquantaine, promène son chien dans un parc. Sur un banc un jeune soudanais grelotte , il lui demande un peu d'argent pour se nourrir. Elle n'a rien sur elle, elle est désolée. Alors il ajoute à mi voix pour essayer de la retenir "Pour dix euros je baise aussi".

    Misère déshumanisante.


    votre commentaire
  •  

    Et voila depuis hier je suis à la retraite. Je n'aurai jamais pensé arriver jusque là. Je suis d'une génération dont le mot d'ordre était" Ne travaillez jamais" et pendant assez longtemps j'ai pris ce slogan au pied de la lettre avant de choisir une façon de gagner ma vie qui concilie les nécessités de toute vie sociale et ma grande curiosité pour le fonctionnement psychique.

    Le premier jour de la retraite on se sent un peu couillon, je me suis couché très tard..... et levé très tôt. J'ai répondu à tous les messages amicaux . J'ai reçu des cadeaux , des occasions d'aller faire des boutiques pour acheter des livres et du matériel artistique. Mais arrivé en ville je n'ai rien acheté.  Je me suis dit qu'il fallait marquer le coup. Alors au lieu de m'acheter des cigarettes j'ai fait l'acquisition d'une vapoteuse pour essayer de combattre mon addiction et depuis je vapote, je vapote. Je ne suis pas resté longtemps dehors il fait si froid aujourd'hui.
    Je sais bien qu'il va falloir réorganiser ma vie. Je suis très seul, pas très sociable donc exit le bénévolat, les jeux de carte, les cours de chinois et la gym douce. On verra...........

     

     


    3 commentaires
  • Enfin ce stupide projet d'aéroport est abandonné. Sauvé le campagnol amphibie, sauvé le triton crêté. Sauvées cette zone humide et ses vertes prairies.

    Pas non plus d'évacuation brutale de la zone et c'est tant mieux. Les zadistes, cette appellation générique ne veut pas dire grand chose et recouvre des réalités diverses. Les altermondialistes militants qui sont venus pour défendre cette cause je les remercie.

    Merci aussi à ceux qui se sont installés et proposent d'autres façon de vivre et de consommer.

    Le gouvernement gagnerait beaucoup à laisser se développer des expériences alternatives écologiques et pacifistes sur ce territoire.

     


    1 commentaire
  •  

    C'est une scène, deux plans très courts dans un film que j'adore. Vous diriez quoi?


    3 commentaires
  •  

     


    4 commentaires
  • Politik

    Noirs corbeaux qui roupillent

    Terrine de culs terreux

    Fiers à bras

    Jamais baissé les yeux

    Se laver les dents au Glyphosate,

    Est ce vraiment dangereux?

    Volodia


    1 commentaire
  • C'est un vrai marché populaire et gai. International aussi. Pas mal de russes qui travaillent aux chantiers naval. Ils rentrent chez eux avant d'être remplacés par une autre équipe. On les voit sur le trottoir chargés de tout ce que ces semaines sur le port leur ont permis de ramener au pays. Il y a un petit camion qui vend de l'épicerie russe. Ils s'arrêtent devant les produits du pays qu'ils n'achètent pas. Trop chers ici. Mais ils aiment bien parler avec la fille du camion.

    J'ai acheté des lamelles de poissons fumés qu'on déguste avec des concombres marinés. Je n'aime plus la vodka.

    A l'entrée ces clowns /danseurs ?

     


    1 commentaire

  • votre commentaire
  • Koboremi 2

    Koboremi 2

    Koboremi 2

    Koboremi 2

    Koboremi 2

    Koboremi 2

    Koboremi 2

    Koboremi 2

    Koboremi 2

    Koboremi 2


    1 commentaire
  • Koboremi en japonais signifie "la lumière qui passe à travers les feuilles des arbre". C'est le titre de cette exposition consacrée à l'art brut venant du Japon. Ces artistes sont des handicapés mentaux. Ils n'ont aucune volonté d'être exposés et sont seulement préoccupés d'exprimer leur approche du monde, leurs obsessions, leur fêlures, leur lumières intérieures.

    Ce peu de soucis du regard de l'autre et du monde de l'art en général leur donne une formidable liberté d'investir tout un tas de supports et de matériaux différents.


    2 commentaires
  • Je me suis absenté un certain temps...... je t'ai délaissé mon petit journal mais je reviens demain vous parler d'une exposition qui m'a beaucoup touché. Bonne nuit à tout ceux qui ne dorment pas .


    votre commentaire
  • Father and son?

    J'avais envie depuis longtemps d d'avoir une maison à la campagne avec un petit atelier. Voilà qui est fait. Une semaine entière à travailler sur différents projets souvent tôt le matin et jusque tard dans la nuit .Pur bonheur de n'avoir qu'a suivre que le fil qui va de vos rêves jusqu'à vos doigts......

    A l'atelier


    3 commentaires

  • 1 commentaire
  • Ce matin je suis obligé d'aller à un rendez vous en ville . La ville est une source d'images ,toujours un coin de rue auquel on ne prêtait pas attention, un recoin qui me surprend, un mur qui me parle.


    2 commentaires
  •  


    votre commentaire
  • Discours solennel, chuchotis amoureux, échanges germanopratins, bavardage enjoué, propagande exaltée, péroraison futile, rumeur malveillante, pesantes oraisons, rhétorique jésuite, logorrhée angoissante, insinuations douteuses, conversations savantes, baratin de camelot, échanges musclés, récitations appliquées, charabia de bébé, gueulantes alcoolisées, propos de salon de coiffure, brouhaha de la foule,palabres sous le manguier............... bla..........bla..........bla !


    2 commentaires
  • Capture d'écran.

    J'ai eu du mal à sortir de ce rêve très coloré. On fêtait l'indépendance du Kurdistan sur fond d'aurore boréale. Moi je distribuais des flyers que les gens jetaient par terre sans même y jeter un coup d'oeil et ça me plaisait de les voir s'envoler. Le vent les dispersaient et ils se transformaient en papillons fluorescents.

    Je devais me rendre à une réunion et j'ai quitté la maison aussitôt. Il était tôt et je me suis dit que j'irai au café. Il était fermé alors j'ai traîné dans le quartier. Les jours de semaines les dealers trainent à tout les coins de rue: personne. Les dealers sont comme les fonctionnaires ils ne bossent pas le samedi.

    J'ai pris quelques photos et je me suis appliqué à déchiffrer les graffitis.

    A la réunion n'assistaient que deux ou trois familles qui ont leurs ados en soin dans le service dont une vient chaque année pour voir si on radote correctement. J'ai fait mon job, je devais présenter les partenaires extérieurs. L'ambiance était sympathique il y avait des viennoiseries et du jus de goyave.

    Ensuite je suis allé prendre le train pour aller au bord de la mer, j"étais en avance c'est une manie chez moi. Je me suis chauffé au soleil dans le parc, j'ai regardé les gamins caresser les chèvres dans leur enclos. Ces chèvres sont gavées de bouts de croissants et de bonbons collants. Elles doivent être payées par l'office du tourisme pour avaler autant de saloperies dans une journée. Des massifs de fleurs avec des animaux sur des palissades de bois. Ce sont des propositions artistiques voui.

    Dans le train j'ai lu un roman d'Arturo Perez Reverde qui raconte le voyage de deux membres de l'Académie royale d'Espagne chargé de rapporter de Paris les vingt huit tomes de l'Encyclopédie du Siècle des lumière dans ce pays arriéré. Le livre est récent, sous Franco il aurait été mis a à l'Index.

    Je me suis jeté dans l"eau à peine arrivé. Ce sont probablement les dernières baignades de l'été, de celles qu'on se reprocherait d'avoir manquées. J'aime cette fraîcheur qui vous lave de tant de choses.

     

     

     


    3 commentaires
  • L'été, les normales saisonnières, la température fait du yoyo, les assassins ne prennent pas de vacances. Et cette sauterelle qu'est ce qu'elle fout là ? Elle se balade dans l'appartement depuis deux jours. J'ai fini par la saisir sans l'abimer et la rendre à son milieu naturel. Là un oiseau se l'est envoyé aussitôt, je vous le disais les assassins ne prennent pas de vacances.

    Je n'écris plus beaucoup car le dessin me prend tout mon temps. Peindre pour ne pas dévisser, pour éviter que dans ma tête les fils se touchent. Et ça marche, assez bien ma foi......

     

     


    3 commentaires
  • A m'envoie cette photo, je craque......


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires