• Rome 2013

    Rome 2013

     

    Un voyage à Rome qui ne saurait constituer un guide mais qui n'est que le reflet de ce que j'ai eu envie de voir; Pas de musées( éviter la foule, pas de Vatican (fuir les marchands du Temple) de simples promenades!

  • Ce bâtiment noyé dans la verdure c'est l'ambassade d' Espagne.  Construction moderne, loind de l'agitation de la ville, ses jardins en terrasse ménagent des recoins d'intimité et de fraîcheur et du haut de son plus haut balcon la vue sur la ville est  magnifique. Les villes les plus belles sont celles qui offrent des points de vue dans lesquels on peut relire l'histoire de la ville.  Il en va de Lisbonne comme de Rome, belvédères, promenades qui surplombent les toits, offrant tour à tour des oasis de fraîcheur ou des grands espaces brûlants. Les espagnols, du moins leurs bâtiments officiels, occupent souvent des palais. On sent qu'il y a eu des affinités, un certain cousinage entre les deux nations.  

     

     

     

    Ces crépits ocre ou sables prennent toute la lumière, et dans cette lumière on perçoit l'unité du monde méditerranéen. 


    votre commentaire
  •  

    Cette robe dans la vitrine, sophistiquée et légère.

     

    Fashion victims, beaux comme des italiens, je n'ose pas les approchez alors c'est un peu flou.


    votre commentaire
  •  

    Il s'agit bien sur de la fontaine du Bernin sur la piazza Navona devant l'église Sant'Agnese in Agone.

    Des fleuves vous n'en verrez que deux, des touristes assaillant les deux autres avec d'énormes objectifs. Le lion ressemble à un fauve et non pas à un gros chat tout mou comme dans beaucoup de représentations. La première statue figure le Gange, la seconde dont le visage est voilé le Nil. Elle a le visage voilé car à cette époque les sources du Nil n'ont pas encore été découvertes. Jolie jaretelle , de surcroit.


    votre commentaire
  •  

     

     

    Rome: Le long du Tibre

     

    Rome: Le long du Tibre

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    L'incomparable lumière de Rome que ce soit au lever ou au coucher du soleil. La ville n'est jamais aussi belle que vue du haut des toits ou des terrasses.


    votre commentaire
  • ROME: Trastevere

     

    La 1ère photo n'est pas de moi, lje l'emprunte à Wikipédia pour que vous ayez l'image de Santa Maria  in Trastevere.

     

    ROME: Trastevere

    ROME: Trastevere

    ROME: Trastevere

    ROME: Trastevere

    ROME: Trastevere

    ROME: Trastevere

    ROME: Trastevere

     

    ROME: Trastevere

    ROME: Trastevere

    ROME: Trastevere

    ROME: Trastevere

    Comme dans toutes les grandes villes ce quartier populaire est maintenant un lieu colonisé par les bobos et les touristes qui trouvent là de nombreux restaurants et par la jeunesse romaine qui s'y regroupe le soir.

    Mais il reste fort agréable de par ses ruelles, ses façades colorées et ses fenêtres fleuries. Je m'y promène tôt le matin. Un clochard vide les fonds de bouteilles abandonnées, il a l'estomac solide!

    Hier une fête de quartier: un concert du Tino Rossi local a enchanté les vieux du quartier qui reprennaient tous les refrains. L'église voisine offrait des tranches de pastèque contre une petite obole à la Madonne . Les costumes de la Vierge qui préside aux processions étaient exposés, riches broderies.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Tivoli: La Villa D'ESTE 1-

    Tivoli: La Villa D'ESTE 1-

     

     

    Tivoli: La Villa D'ESTE 1-

    Tivoli: La Villa D'ESTE 1-

     

    Tivoli: La Villa D'ESTE

    Tivoli: La Villa D'ESTE

    Tivoli: La Villa D'ESTE

     

    Tivoli: La Villa D'ESTE

     

    Tivoli: La Villa D'ESTE

     

     

    Tivoli: La Villa D'ESTE

     

    La Villa d'Este est une pure merveille au coeur d'une petite ville sans intérêt à trente kilomètres de Rome. La campagne est assez moche de ce côté là.

    Le cardinal Hypolite d'Este, nommé Gouverneur de Tivoli par le Pape Jules III, la fit construire en 1552 et l'améliora jusqu'à sa mort en 1572.

    Elle est surtout remarquable par ses jardins en terrasse de style maniériste et ses centaine de fontaines.Nous devons la conception de ce système hydraulique à deux ingénieurs: Thommaso Chiruchi de Bologne et à un français Claude Venard.

    L'endroit idéal pour se raffraichir. A visiter le matin ou à l'heure du déjeuner si vous voulez vous y promener en toute liberté sans risquer d'écraser des touristes japonais ou des troupeaux d'américains. 

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    TIVOLI/ Villa d'ESTE II

    TIVOLI/ Villa d'ESTE II

    TIVOLI/ Villa d'ESTE II

     

    TIVOLI/ Villa d'ESTE II

     

    Voici l'allée des cent fontaines dont tous les masques différents recrachent une eau glacée.

    Quelques mots sur celui qui l'a commandée le Cardinal Hyppolite d'Este. Il était le fils de Lucrèce Borgia et d'Alphonse 1er d'Este diplomate français en Italie et de Lucrèce Borgia. Il revait de devenir Pape et cette ambition forcenée fit peur aux autres cardinaux qui ne l'élirent jamais.

    Le pape Jules III le nomma Gouverneur de Tivoli ce qui révèle une habileté politique remarquable. En effet à cette époque les gouverneurs ne pouvaient quitter leur province.Il fit donc venir à lui les fastes de Rome.


    votre commentaire
  •  

     

    Dans le parc de la villa Doria Pamphili une petite exposition dont nous sommes les seuls visiteurs présente ces curieux dispositifs qui accompagnent si j'ai bien compris la lecture de textes, qui sont partie intégrante du spectacle. 


    votre commentaire
  •  

    Située en face du palais Mattei di Giove cette fontaine fut conçue par Giacomo della Porta en 1582. Les tortues auraient été rajoutées par Le Bernin en 1658.

    La légende dit que le Duc de Mattei ruiné au jeu la fit construire en une nuit afin de prouver sa valeur à son futur beau père qui aurait montré quelques réticences à donner sa fille à ce joueur invétéré.


    votre commentaire
  • Rome: Misère

     

    Rome: Misère

     

    Rome: Misère

    Rome: Misère

     

     



     

     

    Ne pas passer à côté d'eux sans les voir, je les photographie partout ou je vais. 


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    D'emblée on est frappé par l'énormité de ces murailles, les touristes ont  remplacé les baigneurs mais les lieux sont assez vastes pour s'y promener en paix. Inaugurés en 216 il s'agit du plus grand complexe thermal construit à cette époque: 10 hectares, 64 citernes de 80000 litres chacune et la possibilité pour 1600 baigneurs de s'y ébattre, de nager,et de faire tout un tas d'activités. 

    Bertolucci y a tourné une scène de La LUNA. Moi je m'imagine figurant dans un péplum.


    votre commentaire
  •  

    Le plus agréable parc de Rome et l'un des moins fréquenté. Mais que s'est il passé ici? Toutes les statues sont brisées ce qui donne à ce lieu un charme un peu étrange. 

    On s'installe à l'ombre des arbres , on suit le vol des perruches et leurs querelles dans les frondaisons touffues des palmiers. Les arbres sont magnifiques. 

    Des pakistanais jouent au cricket, beaucoup d'émigrés du sous continent indien à Rome, voués à tous les sales boulots.

    Aussi la plus belle villa, villa Doria Pamphili ou villa Corsini je n'ai pas très bien compris. Et toujours ces fontaines dont l'eau glacées permet de survivre à la chaleur de cette fin juillet.

     

     


    votre commentaire
  • Rome: Villa Farnesina

    Rome: Villa Farnesina

    Rome: Villa Farnesina

    Rome: Villa Farnesina

     

    J'adore la peinture mais je ne suis pas venu cette fois à Rome pour "faire les musées" selon cette expression idiote. Mais nous logeons juste à côté de la Villa Farnesina et il fait  encore frais ce matin (37° cet après midi!) et on se laisse tenter par une visite de courtoisie.

    Peu de visiteurs et c'est tant mieux. A l'intérieur des fresques de Raphael et de ses élèves et aussi de Sodoma.

    Nous les admirons pour le simple plaisir des yeux et ne cherchons pas à savoir qui a fait quoi. Je suis touché par la douceur des visages, l'élégance des personnages. 

    Admirez les sandales et on dirait même que les chevaux portent des sabots compensés. Les talons compensés reviennent à la mode et on rencontre pas mal de grosses naines boudinées juchées sur dix centimètres de liège.

    De temps à autre la tête au plafond.


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Voilà ce qui m'a séduit dans ce monument à la gloire du grand écrivain allemand: ce très beau fessier et la figure si expressive du diable.

    Goethe vécut à Rome de 1786à 1788. C'est le sculpteur berlinois Eberlein qui conçut l'ensemble et le sculpteur italien Valentino Casali qui traduisit les intentions du Maître dans la pierre.

    La statue est une commande de l'Empereur Whilem II et fut inaugurée par  le roi d'Italie Victor Emmanuel II.

    Les fesses sont celles d' Oreste vautré sur les genoux d'Iphigénie.


    votre commentaire
  • Rome: Les compagnons de Garibaldi.

    Rome: Les compagnons de Garibaldi.

     

     

    On le sait l'unité italienne ne s'est pas faite très facilement et cette longue promenade qui descend vers le Vatican est parsemée des bustes des compagnons de Garibaldi.

    Le temps a fait son oeuvre sur la pierre et certains d'entre eux ont des yeux d'aveugles.


    votre commentaire
  •  

     

     

    Toujours dans ce quartier du Trastevere on trouve de vraies mendiantes comme on en voit plus guère en France.

    La première occupe le parvis de l'église Santa Maria del Trastevere. Elle a vu que je la prenais en photo et se précipite sur moi. Las je n'ai rien dans les poches! Elle m'insulte copieusement et elle a bien raison.

    La seconde est bien connue du quartier, c'est Gina, vielle femme bossue toujours accompagnée de son chien, usé comme elle. Elle s'installe à côté des vendeurs pakistanais de babioles, son commerce ne marche pas plus que le leur.

     


    votre commentaire
  •  

    Rome: ce que disent les murs.

    Rome: ce que disent les murs.

    Rome: ce que disent les murs.

    Rome: ce que disent les murs.

    Rome: ce que disent les murs.

    Rome: ce que disent les murs.

    Rome: ce que disent les murs.

    Rome: ce que disent les murs.

     

     

     

    Rome: ce que disent les murs.

     

    Rome: ce que disent les murs.

    Rome: ce que disent les murs.

     

     

     

    Dans ce quartier du Trastevere quelques affiches détournent des tableaux célèbres.

    Plus politique, la défense et l'occupation d'un cinéma qui rendait hommage au cinéma américain ou un signe de solidarité avec ce jeune militant antifasiste assassiné à Paris qui reprend un vers tiré du poème d' Aragon "L'affiche rouge".

    Affiche politique encore d'un équivalent de notre Front National qui rejette la loi sur l'homophobie et celle , anti-américaine du M.S.E parti néofasciste.

    D'autres contestent le coût exhorbitant de la construction de ligne de trains à grande vitesse.

    Mais aussi les grafs des artistes de rue, des affiches déchirées, des publicités ou une simple trace de colle.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique