• Somenlinna une prison ouverte

    C'est en escaladant la berge que nous tombons par hasard sur la prison de Somenlinna, prison ouverte du district d'Helsinki. Des baraquements de bois dont l'entrée est séparée du reste du monde par une simple grille. Elle existe depuis 1973 et abrite environ 95 hommes condamnés à au moins un an de prison et certains arrivant à la fin de leur peine de perpétuité.Il n'y a pas de délinquants sexuels mais des auteurs d'agressions violentes et d'anciens toxicomanes ou personnes malades mentales ou alcooliques. L'écriteau qui la signale comme une colonie de travail est une survivance du passé. Les détenus sont paisiblement en train de converser sous l'auvent dans la quiétude de cette fin d'après midi.

    Les bâtiments comprennent des chambres individuelles et des espaces communs dont un sauna et même près d'un étang un endroit pour faire des grillades. Les détenus restent entre 6 mois et deux ans dans cette prison. Il est très facile de s'enfuir le ferry est à cinq minutes de là et il y a bien sur quelques évasions par an. Mais il s'agit bien de préparer les détenus à retour vers la société et l'administration pénitentiaire propose des formations mais aussi des groupes de soins. De nombreux détenus participent à l'entretien et à la restauration de la forteresse et peuvent y acquérir des compétences notamment en maçonnerie qui doivent leur permettre de trouver du travail à la fin de leur peine.

    Comme partout ce système de prison ouverte a fait débat en Finlande mais il existe aujourd'hui une douzaine d'établissements de ce type.

    La France, dont les conditions de détention, ont fait l'objet d'une condamnation de la Cour européenne des droits de l'Homme a peu développé ce genre d'établissements car nous sommes toujours englué dans des débats stériles. Alors la prison pour quoi faire? Protéger la société, punir, se venger. En tout cas le taux de récidive ne plaide pas vraiment en faveur de la simple privation de liberté. Les moyens de réinsertion sont toujours aussi peu conséquents et imaginatifs. Et dès qu'on tente une réforme on en vient à parler de prison 4 étoiles. Une société démocratique devrait se préoccuper des victimes comme des délinquants.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :