• Une nuit de tempête

    La tempête a traversé la région comme un cheval fou.

    J'avais de la fièvre et je ne parvenais pas à m'endormir. La nuit vous rend attentif à tous les bruits et j'étais dans mon lit "comme un enfant plein d'angoisse et très sage"; je me souviens de cette image dans un poème de Blaise Cendrars. Je me suis relevé et j 'ai glissé sur le parquet comme un fantôme, j'ai même esquissé quelques pas de danse, tourbillonner comme le vent c'était mon intention. J'ai bu de l'eau glaçée et fumé des cigarettes. Un volet claquait  obstinément, le genre de bruit qui rend fou.

    Ensuite je me suis mis à ranger la maison avec cette contrainte de ne pas faire plus de bruit que le vent.

    J'ai ouvert un livre et je suis tombé sur cette phrase terrible: " je suis un exhibitioniste qui cache ses plaies sous son imperméable".

    Le jour commençait à se lever je me suis fait un café bien chaud. C'était un jour sale et gris, j'ai eu enfin sommeil et quand je me suis réveillé il y avait un rayon de soleil et des oiseaux qui chantaient.

     


  • Commentaires

    2
    Jeudi 11 Février 2016 à 06:19

    Nous ne sommes jamais tranquille quand éole pique une colère, il hurle dans les branches et claque les volets, on donnerait tout pour réussir à la calmer

    Amicalement

    Claude

    1
    Mercredi 10 Février 2016 à 10:06

    Bonjour Volodia, nous avons eu il y a 8 jours environ une nuit de tempête aussi, j'avais peur de m'endormir et j'ai tout retrouvé par terre le lendemain matin. La force des éléments est terrifiante.

    Aujourd'hui le vent souffle encore, et il est glacial. Mais le soleil est là.

    Je te souhaite une belle journée tout de même, bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :